/opinion/columnists
Navigation

Gosselin et le mensonge du métro

Coup d'oeil sur cet article

En affirmant que les gens de Québec seront invités, le 7 novembre, à choisir entre un tramway ou un métro léger, le candidat Jean-François Gosselin--- ment effrontément à la population. 

Le chef de Québec 21 s’emploie depuis des semaines à prétendre que « quand les citoyens vont aller voter, ils vont devoir choisir entre un tramway ou un métro léger ». C’est ce qu’il a de nouveau déclaré à Radio-Canada en fin de semaine.

M. Gosselin peut bien prétendre n’importe quoi, et même mentir si le cœur lui en dit. Il est cependant primordial de remettre sa déclaration en perspective. 

Dans le cas présent, il faut rappeler que le tramway est en voie de réalisation après avoir fait l’objet d’études par des experts. Son financement par les gouvernements supérieurs a fini par être bouclé, à hauteur de 3 milliards $. 

Afin d’y parvenir, il a même fallu que la mairesse de Montréal consente à ce qu’une enveloppe de 800 M$, qui devait servir à des projets dans la métropole, puisse y être dévolue.

Repartir à zéro

En ce qui concerne le métro léger de Québec 21, dont la forme et les coûts plus que douteux n’ont reçu aucun appui significatif, qu’il soit politique ou universitaire, le projet n’en serait qu’à ses balbutiements. 

Le métro léger n’a encore fait l’objet d’aucune étude d’experts. M. Gosselin peut bien affirmer que certaines parties d’études effectuées pour le tramway pourront être récupérées, il est difficile de voir comment. Le projet changerait en effet du tout au tout. 

Puis le projet de Québec 21 n’a pas reçu l’approbation des gouvernements ni obtenu de financement. Cela impliquerait de faire repartir un long et laborieux processus à zéro, afin de respecter les règles en vigueur concernant les projets d’infrastructures de transport en commun. 

Rappelons que pour le tramway, il aura fallu plus de 10 ans de pourparlers, d’ajustements, de retournements et de modifications pour en arriver à la réalisation d’un projet concret.

Ce que propose Québec 21, dans les faits, ce n’est pas de choisir entre un tramway ou un métro léger. C’est plutôt de faire repartir complètement le processus à zéro avec un nouveau projet qui, jusqu’à maintenant, n’a aucunement fait ses preuves.