/sports/opinion/columnists
Navigation

Marc Ramsay, un coup de maître

Conférence Eye of The Tiger Management
Photo d’archives, Martin Chevalier Marc Ramsay est maintenant le directeur général de la boxe chez Eye of the Tiger Management.

Coup d'oeil sur cet article

On le sait, vous le savez, la planète boxe le sait. Marc Ramsay est un des grands entraîneurs de la boxe internationale. Ils sont quatre ou cinq dans cette poignée de grands maîtres, et Marc Ramsay n’est pas le dernier du groupe.

C’est ce maître de tout ce qui est boxe et boxeurs que Camille Estephan, propriétaire d’Eye of the Tiger Management (EOTTM) a convaincu de se joindre à lui. Le titre exact donné à Ramsay n’a pas de vrai sens. 

Directeur général de la boxe, ça veut dire que Ramsay aura son mot à dire dans le travail de l’excellent Stéphane Loyer, le matchmaker du groupe et d’Antonin Décarie, le patron d’Interbox... et de beaucoup d’aspects d’EOTTM.

On ne peut mettre un homme doué d’une personnalité aussi forte que Marc Ramsay dans un enclos. 

Stéphane Loyer va continuer à trouver des boxeurs sur quatre continents pour les hommes et femmes de Camille Estephan, mais Ramsay aura son mot à dire. C’est lui qui va donner ses exigences sur le style et le genre des adversaires nécessaires pour faire progresser les boxeurs du groupe.

« Mais ça va se faire en toute collégialité. Stéphane Loyer va continuer à faire son travail, mais je serai plus précis dans ce qu’on a besoin », expliquait Ramsay hier.

LA PIÈCE MANQUANTE

Estephan réfléchissait depuis un an à la pièce manquante de son entreprise. La boxe est un à côté pour lui, même s’il voue au sport une passion profonde et sincère. Son entreprise de courtage en valeurs mobilières a atteint des sommets stratosphériques. Estephan et ses courtiers gèrent 4,9 milliards $ pour leurs clients. Le travail est énorme et les décisions à prendre pour battre le marché sont nombreuses... et stressantes. 

Avec plus de 25 boxeurs avec un contrat, malgré l’aide précieuse de Décarie, Estephan ne trouvait plus le temps de gérer les problèmes de boxe tout en ayant un regard distancié sur ses athlètes.

Marc Ramsay a fini par se laisser convaincre qu’il était cet homme. Par loyauté pour Artur Beterbiev et Oscar Rivas, qui affrontera Bryant Jennings le 22 octobre à l’Olympia de Montréal pour le titre des poids super lourds légers du WBC, Ramsay a exigé de continuer à les entraîner.

« Mais nous avons avec nous le plus grand coach au pays, sinon au monde, et avec lui, nous allons pouvoir prendre des décisions encore plus éclairées », a expliqué Estephan, hier.

En fait, à part ces deux exceptions bien spéciales que sont Beterbiev et Rivas, l’exclusivité pour les services de Ramsay vaut de l’or.

Eleider Alvarez, lui, est rendu avec Stéphan Larouche.

OCCUPER TOUT LE TERRAIN

Malgré son amour pour la boxe et même s’il avait déjà tout le reste, Estephan ne pouvait rivaliser avec les 40 ans d’expérience et d’expertise d’Yvon Michel dans la boxe. Ramsay peut jouer dans ces ligues majeures. On l’a souvent vu discuter avec Carl Moretti ou Brad Goodman de Top Rank ou Oscar De La Hoya de Golden Boy Promotions. Sans parler d’Eddie Hearn, le puissant promoteur britannique et le roi de DAZN, qu’il a fréquenté et connu grâce aux combats de Kevin Bizier, de Jean Pascal ou de Rivas. 

Si on a vu Ramsay attablé avec ses confrères entraîneurs parmi les plus prestigieux, on l’a aussi vu avec les big boss. Et il n’avait jamais l’air intimidé.

Faut préciser ici que Ramsay a survécu aux lois de la rue dans sa jeunesse et que l’homme qui va l’intimider n’est pas encore né. À part, peut-être, le doc Mailloux. C’est un homme intelligent, autodidacte et têtu. En plein ce que ça prenait pour Estephan, qui on s’en doute, prend beaucoup de place dans une business. 

LA CONVERGENCE...

Dans le fond, Marc Ramsay va se trouver au cœur d’une véritable convergence. Luc-Vincent Ouellet et Samuel Décarie sont maintenant des entraîneurs de plein droit. Et fort talentueux. Vincent Auclair, qui est le coach de Simon Kean, est influencé par Ramsay et travaille avec ses « projets » à l’Académie Marc Ramsay. 

Il y a les autres. On pense à Rénald Boisvert qui dirige la carrière de Steven Butler.

« Je ne ferai pas le travail de Rénald Boisvert, mais je vais certainement discuter avec lui de l’évolution de Butler. Pas seulement sur le plan physique, mais aussi sur tous les aspects dont il faut tenir compte dans la carrière d’un boxeur professionnel », d’expliquer Ramsay.

C’est vrai pour les autres entraîneurs œuvrant chez EOTTM. Personne ne pouvait assurer cette cohésion avant l’arrivée de Ramsay. 

Camille Estephan s’est arrangé pour faire entrer toutes ses activités dans une journée de 24 heures.

Marc Ramsay devra être très discipliné pour imiter le grand patron. Les journées chômées vont être rares...