/news/currentevents
Navigation

Meurtres: Ugo Fredette demande la tenue d’un nouveau procès

Coup d'oeil sur cet article

Condamné à 25 ans de prison pour deux meurtres dont celui de son ex-conjointe, Ugo Fredette s’est fait entendre mardi en cour d'appel afin de demander la tenue d’un nouveau procès. 

Fredette, aujourd’hui âgé de 45 ans, a pu plaider sa cause en matinée lors d’une courte audience.

« Je vais tenter de vous démontrer en quoi la directive qui a été [donnée] par la juge de première instance est erronée quant à la notion du verdict unanime », a débuté Me Philippe Comtois, alors que son client assistait à la séance, par voie téléphonique.

Il y a près de 2 ans, Ugo Fredette a été reconnu coupable d’avoir tué Véronique Barbe et d’Yvon Lacasse, le 14 septembre 2017. 

  • Écoutez la chronique judiciaire de l’ex-juge Nicole Gibeault à QUB radio   

 

Photo Facebook

 

Ce jour-là, refusant d’accepter leur rupture, l’homme a poignardé à mort son ex-conjointe dans leur résidence de Saint-Eustache, dans les Laurentides, avant de prendre la fuite avec un enfant de 6 ans.

Cet enlèvement avait alors déclenché une alerte AMBER à la grandeur du Québec.

Fredette avait ensuite sauvagement battu un automobiliste de 71 ans qu’il avait jeté dans un boisé afin de voler sa voiture, à une halte routière de La Chute, toujours dans les Laurentides.

Puis, il avait été retracé et arrêté le lendemain, en Ontario, à la suite d’un important déploiement policier. L’enfant était en santé.

En octobre 2019, la juge Myriam Lachance a mentionné aux 12 membres du jury qu’ils devaient s’entendre unanimement sur leur verdict, au terme du procès de Fredette.

Or, certains jurés pouvaient conclure que l’accusé avait commis du harcèlement, et d’autres qu'il s'était livré à de la séquestration, afin de le déclarer coupable de meurtre au premier degré.

Mais, selon l’avocat de la défense, les jurés auraient dû être forcés s’entendre unanimement sur au moins une de ces circonstances liées au crime. Ce qui n'a pas été démontré.

« Plus le ministère public suggère de façons d’arriver à un meurtre au premier degré, moins le fardeau serait élevé pour la poursuite, parce que les membres du jury pourraient être plus divisés, et je pense que c’est une distinction fondamentale », a poursuivi Me Comtois.

De son côté, le procureur de la Couronne a rappelé que c’est le verdict qui doit être prouvé de manière unanime, et non ses facteurs aggravants.

« Il y avait deux façons de prouver les circonstances aggravantes de ce meurtre au premier degré, les deux options ont été données au jury. On ne doit pas être unanimes quant à l’infraction sous-jacente », a précisé Me Alexis Marcotte Bélanger.

« La preuve était totalement accablante, a-t-il rappelé. Je pense avoir fait le récit complet qui vous permet de conclure qu’un jury conclurait inévitablement à la culpabilité de Monsieur Fredette sur chacun des deux chefs. »

Le tribunal a pris les observations en délibéré.

Rappelons que la Couronne a de son côté porté la sentence de Fredette en appel, car on avait proposé qu'il purge deux peines consécutives de 25 ans ferme pour ses meurtres et soit incarcéré pour 50 ans. La juge s'en était toutefois tenue à une peine minimale de 25 ans.