/news/politics
Navigation

Rentrée parlementaire sur fond de 4e vague

Rentrée parlementaire sur fond de 4e vague
Photo d'archives, Stevens Leblanc

Coup d'oeil sur cet article

Les députés sont de retour à Québec mardi pour entamer une nouvelle année parlementaire, la dernière avant les prochaines élections générales provinciales. L'avenir de la langue française, la pénurie de main-d'oeuvre et les garderies seront des thèmes omniprésents, mais la 4e vague de COVID-19 demeure en toile de fond. Tour d’horizon des enjeux à venir.

Les projecteurs sur la langue française

Les consultations sur la réforme de la loi 101 s’amorcent la semaine prochaine, dès le lendemain de l'élection fédérale, et s’annoncent mouvementées. Déjà, la communauté anglophone émet des craintes face au projet de loi qui a pourtant bien été reçu lorsqu’il a été présenté le printemps dernier par le ministre responsable de la Langue française, Simon Jolin-Barrette.

Un automne législatif chargé

Réforme du droit familial et création d’un tribunal spécial en matière de crimes sexuels et de violence conjugale, la session du ministre Simon Jolin-Barrette s’annonce particulièrement chargée. En plus de gérer la rentrée scolaire hors-norme, le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, entend aussi présenter la refonte du cours d’Éthique et culture religieuse (ECR) et déposer un projet de loi pour réforme le rôle du protecteur de l’élève. L’étude du projet de loi pour moderniser le régime de santé et de sécurité du travail se poursuivra aussi cette session-ci et les partis devront se pencher sur l’accès au programme de la CNESST pour les travailleurs atteints de surdité.

Passeport vaccinal ou pas?

L’Assemblée nationale a demandé un avis juridique pour déterminer s’il est possible d’exiger le passeport vaccinal aux personnes souhaitant entrer dans la Maison du peuple. Déjà, la CAQ et le Parti libéral du Québec se sont prononcés en faveur puisque l’institution doit faire preuve «d’exemplarité». Mais Québec solidaire et le Parti québécois expriment des réticences, notamment sur le plan juridique. Pour le moment, personne n’aura à montrer son code QR pour circuler au parlement, sauf si l’on souhaite dîner à son restaurant.

Plus de députés au Salon bleu

Plus de députés pourront siéger en même temps au Salon bleu, soit 61, ce qui représente près du double de ce qui était prévu par l’ancienne entente. Terminé également le concept de l’alternance des ministres : tous devront être en chambre pour répondre aux partis d’opposition à chaque période de questions. Même si tous les élus sont doublement vaccinés, le masque devra continuer d’être porté et plus de plexiglas ont été installés entre leurs pupitres. Davantage de personnes pourront également être présentes lors des commissions parlementaires, mais les visiteurs en seront toujours exclus, pour le moment.

Calmer la crise des garderies

Pour apaiser la crise des garderies qui prend de l’ampleur, le ministre de la Famille, Mathieu Lacombe, présentera un plan cet automne afin de compléter le réseau des CPE en créant 37 000 nouvelles places. Mais régler cet enjeu devra aussi passer par l’embauche de nombreuses éducatrices, ce qui est loin d’être gagné. Québec entend bonifier leurs conditions de travail. L’offre de la présidente du Trésor, Sonia Lebel, de hausser le salaire des éducatrices qualifiées jusqu’à 17 % pour les trois prochaines années a toutefois été rejetée par les syndicats, dont la FIPEQ-CSQ qui mène présentement des votes de grève.

Pénurie de main-d’œuvre

François Legault devait annoncer vendredi dernier, en présence de ses ministres du Travail et de l’Enseignement supérieur, Jean Boulet et Danielle McCann, la création d'un comité chargé de trouver des moyens de lutter contre la pénurie de travailleurs qualifiés, un problème grandissant pour le secteur public. Le débat en anglais de la veille et l’attaque ressentie par le premier ministre à l’endroit des Québécois ont finalement fait dérailler les plans, mais le gouvernement Legault devra s'y attaquer. Le manque d’enseignants, d’infirmières et plusieurs catégories de professionnels se fait sentir à l’échelle de la province.