/news/politics
Navigation

Un vote pour le Bloc n’est pas un vote pour le troisième lien, selon Paul St-Pierre Plamondon

Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon
Photo d'archives, Stevens Leblanc Le chef du Parti québécois, Paul St-Pierre Plamondon

Coup d'oeil sur cet article

Un vote pour le Bloc québécois n’est pas un vote pour le projet de troisième lien entre Québec et sa Rive-Sud, selon le Parti québécois.

• À lire aussi: Savard ouverte à l'idée d'un 3e lien réservé au transport collectif

Embarrassé par la nouvelle position d’Yves-François Blanchet, qui s’est montré favorable au projet de tunnel Québec-Lévis, le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon (PS)+PP) a tout de même invité mardi les électeurs à donner leur appui au Bloc lors du scrutin du 20 septembre.  

«Le troisième lien, premièrement, est un débat qui, à proprement dit, a lieu ici, à l'Assemblée nationale. Puis ensuite, on ne peut pas dire que le fait de voter pour un parti ou un autre tranche chacun des sujets de manière irréversible», a-t-il souligné mardi, jour de rentrée parlementaire à Québec.  

«Je suis indépendantiste. Je vais voter Bloc», a-t-il insisté.  

PSPP assure que le PQ ne changera pas son fusil d’épaule au sujet du projet de 10 G$ et qu’il s’y opposera toujours en 2022, lors de la prochaine campagne électorale québécoise. 

A-t-il échoué à convaincre son vis-à-vis bloquiste de rejeter le projet de 3e lien? «Ah non! Ce n'est absolument pas ma responsabilité, ce n'est pas mon parti. Je ne m'immisce pas dans le programme et les décisions du Bloc québécois, qui n'est pas mon parti», a-t-il répondu aux journalistes.  

Les militants solidaires divisés

De son côté, la solidaire Manon Massé refuse de prendre position en faveur d’un parti fédéral. Certains militants de Québec solidaire se reconnaissent davantage dans le programme des Verts, d'autres dans celui du Bloc, et d'autres dans celui du NPD, a-t-elle ajouté. 

À voir aussi