/news/elections
Navigation

Débat en anglais : la FPJQ porte plainte au Conseil de presse

ELEC
PHOTO POOL ADRIAN WYLD / LA PRESSE CANADIENNE

Coup d'oeil sur cet article

La Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ) porte plainte auprès du Conseil de presse (CPQ) et lui demande de saisir le dossier du débat des chefs en anglais, remettant en question le choix de la modératrice ainsi que la neutralité de la question posée à Yves-François Blanchet.

• À lire aussi: Débat en anglais: Trudeau, O’Toole et Singh appuient la demande d’excuses au consortium

• À lire aussi: Le retour des deux solitudes: le Québec et le reste du Canada divisés après le débat en anglais

«La FPJQ souhaite que le CPQ se penche sur le choix du consortium de médias de choisir une personne qui n’est pas journaliste afin de modérer le débat, malgré une tradition bien ancrée dans les débats des chefs. Ce choix pourrait donner l’impression que la modératrice était journaliste et ainsi mener à une confusion auprès du public», est-il écrit dans une lettre envoyée mercredi.

La modératrice choisie par le Groupe de diffusion du débat des chefs, Shachi Kurl, est une ancienne journaliste, mais qui travaille depuis plusieurs années à titre de présidente de la firme de sondage canadienne Angus Reid.

  • Écoutez l'analyse de Philippe-Vincent Foisy et d'Antoine Robitaille avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio: 

«La FPJQ souhaite aussi que le CPQ se penche sur la question posée au chef du Bloc québécois, à savoir si elle respecte les règles de déontologie journalistique (qualité de l’information, présentation de l’information, respect des personnes et des groupes), ayant été approuvée par les organismes de presse chapeautant le contenu du débat des chefs», ajoute-t-on.

Joint par téléphone, le président de la FPJQ et journaliste aux affaires criminelles du «Journal de Montréal», Michael Nguyen, a précisé que l’organisation ne souhaite pas prendre position sur la neutralité de la question posée à M. Blanchet, et que la seule manière de saisir le Conseil de presse sur un enjeu est de porter plainte.

«On le fait dans l’optique de protéger la profession journalistique. [...] Nous notre priorité c’est de défendre les journalistes et l’image du public envers les journalistes. On veut que les gens aient confiance envers les journalistes», a déclaré M. Nguyen, qui indique toutefois que le rôle de l’organisation n’est pas de condamner ouvertement la décision, mais de s'en remettre au Conseil pour porter un jugement sur le dossier.

«C’est quoi l’image que ça donne du journalisme?» s’est-il questionné.

Caroline Locher, secrétaire générale du Conseil de presse, a affirmé qu’il ne s’agissait pas d’une plainte «formelle», bien que la lettre en question interpelle le CPQ de se saisir du dossier.

Le seul débat des chefs en anglais de la campagne, diffusé jeudi soir dernier, continue de faire réagir près d’une semaine après.

Mercredi matin, les chefs des partis fédéraux, soit Justin Trudeau, Erin O’Toole et Jagmeet Singh, ont tous les trois demandé à ce que le consortium médiatique présente ses excuses pour la façon dont a été formulée la première question visant Yves-François Blanchet.

Ce consortium est composé de CBC News, Global News, CTV News et APTN News.