/entertainment/music
Navigation

Festival international de Jazz: «C’est comme le Super Bowl!»

Beyries jouera sur la grande scène ce soir en ouverture du Festival de Jazz

SPE-STONE-LUC-PLAMONDON
Photo d’archives, Agence QMI Beyries en sera à sa troisième participation au Festival international de jazz de Montréal, mercredi soir.

Coup d'oeil sur cet article

Pour son tout premier concert extérieur sur la grande scène du Festival international de Jazz de Montréal, ce soir à la place des Festivals, Beyries veut que ce soit « un gros party ». « Je veux que ça vaille la peine ! », dit la musicienne qui a lancé son deuxième album l’an dernier.

C’est en novembre 2020 que Beyries a lancé son disque Encounter. Même si elle a pu le promener dans quelques villes malgré la pandémie, l’auteure-compositrice n’a encore jamais joué ses nouvelles compositions à Montréal. Elle remédiera à la situation de belle façon, ce soir.

« Le Festival de Jazz, c’est comme le Saint-Graal, dit-elle. On me donne la plus grosse scène. C’est comme le Super Bowl ! »

Le concert qu’elle présentera ce soir bénéficiera de la mise en scène de Pierre Lapointe, qui l’a aussi aidée à la direction artistique pour Encounter

« J’avais envie de me déposer dans un cadre créé par Pierre Lapointe, dit-elle. Je savais que je pouvais lui faire entièrement confiance. Je suis extrêmement contente du résultat. C’est magnifique et ça ne vole pas non plus la vedette à la musique. »

« Un gros party »

Avec elle, en plus de ses musiciens, Beyries sera aussi accompagnée de cinq choristes. « Pour moi, les voix, c’est comme mon dada en musique, dit-elle. J’ai demandé à la production combien je pouvais en engager et ils m’ont dit que cinq, ça entrait dans le budget. Pour vrai, j’en aurais eu encore plus, si j’avais pu ! »

« Je trouve ça super cool d’être une grosse gang sur scène, poursuit-elle. J’ai commencé ma carrière toute seule. Après ça, avec une choriste. Et on a ensuite monté tranquillement le band. J’aime tellement ça être en gang que j’ai tout le temps envie d’inviter du monde ! »

Le concert de ce soir, Beyries le voit justement comme « un gros trip de gang ». Elle souhaite que le public s’amuse. « Que les gens sortent sur semaine, et assez tard, j’ai le goût que ce soit un gros party et que ça vaille la peine. »

C’est justement en pensant à ses concerts que la musicienne a décidé de mettre davantage de pièces dynamiques sur son deuxième album. 

« J’avais envie de quelque chose de plus ample au niveau du son. Avoir un batteur comme Marc Chartrain, qui est un ami d’enfance, ç’a vraiment changé mon approche musicale. »

Après ce passage au FIJM, Beyries partira à Trois-Pistoles dans un chalet pour terminer le travail sur un album dont elle ne peut dévoiler de détails. « Avec la pandémie, j’ai parti différents projets que je pousse tranquillement en parallèle. »

En novembre, si tout va bien, elle ira aussi faire une petite tournée aux États-Unis. « On fait Boston, Philadelphie, Washington, New York et Burlington. C’est vraiment excitant. Ce sera dans des belles salles, avec tout le band. »


► Beyries jouera à 21 h 45, ce soir, à la place des Festivals. Pour les infos : montrealjazzfest.com.

À ne pas manquer  

Le Journal a demandé au responsable de la programmation du FIJM, Laurent Saulnier, de commenter quatre concerts à voir au festival.

Guy Bélanger Blues Summit (ce soir, 21 h 45, Parterre symphonique)

« On lui a demandé s’il voulait faire un gros show de blues. Il y aura plein d’invités, dont Dawn Tyler Watson, Angel Forrest, Cécile Doo-Kingué, Steve Hill, Jordan Officer et Paul DesLauriers. »


Daniel Lanois (demain, 21 h 45, place des Festivals)

« Au départ, l’idée était de faire un concert autour de Heavy Sun, son dernier disque. Mais il risque aussi de creuser un peu dans son répertoire. Il a sorti une réédition d’Acadie au début 2021. »


Elisapie (vendredi, 21 h 45, place des Festivals)

« Pour ce spectacle, Elisapie avait envie de mettre en valeur sa communauté, des talents autochtones d’abord et avant tout. »


Patrick Watson (dimanche, 21 h 45, place des Festivals)

« Il avait 1001 idées pour ce concert, surtout des trips visuels. Il a fallu voir ce qui était faisable ou pas. Il faut s’attendre à ce que le show ne soit pas juste sur scène... »