/opinion/columnists
Navigation

Le Québec et le Canada font chambre à part

drapeaux québec canada montréal hôtel de ville
Photo Agence QMI, Sarah Daoust-Braun

Coup d'oeil sur cet article

Le Québec et le Canada, c’est comme Gérard et Gisèle. 

• À lire aussi: Le Québec et le reste du Canada divisés après le débat en anglais

Ils se sont mariés obligés. 

Il n’y a jamais eu vraiment d’amour entre ces deux-là, mais ils se supportaient. 

Pour les enfants. 

CHAMBRE À PART

Ça fait des années que Gérard et Gisèle ne dorment plus dans le même lit. 

Gisèle est dans la chambre, et Gérard est sur le sofa-lit dans le salon. 

En 1984, année de l’élection de Brian Mulroney à la tête du pays, ils sont allés passer quelques jours au camp de Marriage Encounter, histoire de voir s’ils pouvaient réparer les pots cassés, mais leur « Beau risque », comme Gisèle appelait cette tentative de réconciliation, n’a pas fonctionné. 

Ils ont donc continué à faire chambre à part. 

Dans le confort et l’indifférence. 

Les seules fois où ils se parlent, c’est lorsqu’ils font leur liste d’épicerie, le jeudi. 

Gisèle demande à Gérard ce qu’il veut, Gérard répond : « Des côtes levées », Gisèle dit : « Non, ça coûte trop cher et c’est pas bon pour ta santé », puis ils vont chez Costco acheter les mêmes affaires qu’ils ont achetées la semaine passée. 

DEVANT LES AMIS

Je ne sais pas ce qui se passe, par contre, mais depuis quelques mois, le climat est devenu hyper tendu chez eux. 

Ça a commencé un mardi.

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Gérard a dit qu’il était découragé de voir que leur fille s’était mise à prier alors que lui avait déjà sorti le curé de leur maison en le poignant par la soutane, lorsque Gisèle a dit, tout bas : « Niaiseux ! »

« Quoi ? a demandé Gérard. Qu’est-ce que tu as dit ? » 

« Rien », a répondu Gisèle.

Deux jours plus tard, Gisèle a de nouveau traité Gérard de niaiseux, mais plus fort, pour qu’il entende. 

Aujourd’hui, Gisèle ne se gêne même plus.

Elle traite Gérard de niaiseux à tout bout de champ, même devant leurs amis, leur famille ! 

« Gérard veut à tout prix écouter la radio en français ! L’autre jour, il a changé de poste alors que j’écoutais les nouvelles à CJAD ! Maudit niaiseux ! » Et tout le monde d’éclater de rire autour de la table...

Même le chien est allé pisser sur la jambe de Gérard.

UN BEAU PROJET

Hier, alors que Gérard sortait les poubelles, un de ses amis lui a demandé : « Pourquoi tu ne t’en vas pas ? Pourquoi tu acceptes de te faire insulter, comme ça ? » 

« Bah, c’est pas si pire, a répondu Gérard. Ça lui arrive de temps en temps, mais quand elle fait ça, je dis “Heille ! Quoi que tu dises, je ne suis pas un niaiseux !”, puis tout rentre dans l’ordre... »

« Et puis j’ai pas le temps de me battre avec elle, de continuer Gérard. Ces temps-ci, tu vois, je suis en train de construire un gros bac à compost dans la shed. Ça excite beaucoup mes enfants. 

« Ils sont écolos, mes enfants. Ils sont verts. Qu’est-ce que tu veux que ça leur fasse que leurs parents se chicanent, que leur mère méprise leur père et que je couche dans le salon ?

« Ils sauvent la planète, eux ! C’est bien plus important ! »

C’est alors que Gisèle est sortie sur le balcon et a crié, à pleins poumons : « HEY, RENTRES-TU, LE NIAISEUX ? »