/finance/business
Navigation

Olymel ferme son usine d’Henryville

Coup d'oeil sur cet article

Vingt-neuf emplois dans la petite municipalité d’Henryville, en Montérégie, seront perdus à la suite de la fermeture de l’usine de surtransformation de produits de porc d’Olymel.

L’entreprise, qui vient de sortir d’un long conflit de travail à son usine d’abattage de porcs de Vallée-Jonction, en Beauce, a indiqué mercredi que la fermeture à Henryville est définitive et sera en vigueur le 12 novembre prochain.

Olymel avait acheté cette usine de 70 000 pieds carrés, opérée depuis 2011, lors de l’acquisition de tous les actifs du secteur porcin de F. Ménard, en janvier 2020.

Les employés licenciés ont été avisés mercredi matin. Ils sont pour la plupart rattachés au syndicat des Travailleurs unis de l’alimentation et du commerce – TUAC – Local 501. Olymel, qui est une division de Sollio Groupe coopératif (anciennement La Coop fédérée), compte leur offrir d’être affectés à une autre de ses usines en Montérégie.

«La fermeture d'un établissement est toujours une décision difficile. Mais après avoir évalué avec soin, nos capacités et nos besoins dans ce secteur de production, nous avons été amenés à conclure que l'entreprise dispose déjà ailleurs des installations nécessaires pour répondre à la demande de notre clientèle. Les coûts associés à la poursuite des activités actuelles de l'usine d'Henryville n'auraient pas permis à cet établissement d'atteindre la rentabilité», a indiqué dans un communiqué le président-directeur général d'Olymel, Réjean Nadeau.