/news/currentevents
Navigation

Plus de 20 ans de détention ferme réclamée pour François Asselin

Plus de 20 ans de détention ferme réclamée pour François Asselin
Capture d'écran, TVA NOUVELLES

Coup d'oeil sur cet article

La Couronne a réclamé, mercredi, que François Asselin, cet homme trouvé coupable du meurtre de son père et d’un collègue, passe au moins de 20 à 22 ans derrière ses barreaux avant d’être admissible à une libération conditionnelle. 

L'homme de 38 ans a été trouvé coupable en juin dernier de meurtres non prémédités et d'outrage aux cadavres de ses victimes. Il avait battu à mort son père Gilles Giasson à Trois-Rivières avant de poignarder à mort un collègue de travail à Sherbrooke quelques jours plus tard, en mai 2018.

Au terme d'un procès de huit semaines, les 12 jurés avaient rejeté la thèse de non-responsabilité criminelle pour troubles mentaux. François Asselin avait écopé automatiquement d'une peine de prison à perpétuité, mais la Défense réclame qu'il ait accès à une libération conditionnelle après 10 à 15 années de détention.

Pour bien faire comprendre à la juge Manon Lavoie les conséquences qu'ont eu ces deux meurtres, la Couronne a fait entendre plusieurs proches des victimes. La soeur et la fille de Gilles Giasson, de même que les enfants et un frère de François Lefebvre, ont notamment pris la parole. Ils ont énuméré les nombreux traumatismes avec lesquels ils doivent maintenant composer, dont des cauchemars, dépressions et idées noires.

La fille de François Lefebvre, Joany Lefebvre, s'est adressée directement à l'accusé et a été choquée de voir son absence d'émotion. «C'est une personne froide. Aucun sentiment. Quand je l'ai regardé et que je lui ai dit qu'il n'avait aucune émotion, il a levé les yeux en l'air en voulant dire "qu'est-ce que tu dis toi". Comment tu peux vivre, comment tu peux être bien dans ta peau après avoir fait ce que tu as fait?»

Les représentations de la Couronne ne sont pas terminées. Elles reprendront jeudi matin.