/news/elections
Navigation

Rencontre annulée pour Blanchet en Acadie: «ça ne faisait aucun sens pour nous»

Coup d'oeil sur cet article

La Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick (SANB) a annulé à la dernière minute une rencontre prévue mardi avec le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet.

• À lire aussi: Débat en anglais: la FPJQ porte plainte au Conseil de presse

• À lire aussi: Le retour des deux solitudes: le Québec et le reste du Canada divisés après le débat en anglais

Au lendemain de cette décision surprenante, le président de la SANB, Alexandre Cédric Doucet, a expliqué, en entrevue à LCN, que le conseil d’administration avait fait pression afin d’annuler la rencontre.

«Ça ne faisait aucun sens pour nous de rencontrer un parti qui n’a aucun candidat ou candidate à l’intérieur du territoire néo-brunswickois», a expliqué M. Doucet.

Ce dernier affirme que la principale condition pour que la réunion eût lieu était que celle-ci fût discrète. Or, cette condition n’aurait pas été respectée, au dire du président de la SANB, qui affirme avoir reçu de nombreux appels de médias avant cette rencontre prévue mardi.

«On voyait peut-être une opportunité de parler de protection de la langue française, mais après, on a vu que le jeu n’en valait pas la chandelle», a résumé Alexandre Cédric Doucet.

La SANB préfère s’allier au Québec

La Société de l’Acadie du Nouveau-Brunswick estime qu’il est préférable de s’associer aux gouvernements du Québec et du Canada, plutôt qu’au Bloc québécois.

Selon M. Doucet, il n’y a pas d’intérêt à collaborer avec un parti qui ne peut former un gouvernement majoritaire à Ottawa.

De plus, la SANB est en désaccord avec Yves-François Blanchet quant à la capacité des autres partis fédéraux à défendre les intérêts des Acadiens.

«M. Blanchet a été jusqu’à dire qu’il était le seul porte-parole des Acadiens et des francophones à l’extérieur du Québec. C’est faux, parce que les seules personnes qui peuvent parler au nom de l’Acadie, ce sont justement les Acadiennes et les Acadiens eux-mêmes», conclut Alexandre Cédric Doucet.