/sports/hockey/canadien
Navigation

Le CH s’attaque à la cyberviolence sexuelle

Toutefois, Logan Mailloux ne sera pas mis à contribution

Le CH s’attaque à la cyberviolence sexuelle
PHOTO D'ARCHIVES, AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Dans la foulée du tollé provoqué par la sélection de Logan Mailloux lors du dernier repêchage, Geoff Molson avait promis la mise sur pied d’actions concrètes de la part du Canadien pour contribuer à la sensibilisation et à la lutte contre la cyberviolence sexuelle.

• À lire aussi: «C’est le temps maintenant»

• À lire aussi: «Ça m’a frappé fort» -Thomas Bordeleau

Vice-présidente, engagement communautaire, et directrice générale de la Fondation Club de hockey Canadien, Geneviève Paquette a profité de l’ouverture du camp des recrues pour annoncer les grandes lignes du plan d’action respect et consentement du Groupe CH. Grâce à un fonds d’investissement de 1M$ de l’entreprise, le Canadien pourra déployer son plan sur deux axes. 

À l’interne, il offrira de la formation sur le respect, le consentement ainsi que sur la notion de cyberviolence. Il procédera également à l’embauche de femmes dans des postes-clés. À l’externe, l’organisation s’engagera dans des initiatives de sensibilisation et d’éducation et dans des programmes de développement, notamment par du soutien financier.

«Nous voulons devenir un allié pour la promotion du respect et du consentement. C’est un enjeu social important», a déclaré Mme Paquette.

Logan Mailloux
Capture d'écran, Agence QMI
Logan Mailloux

Mailloux poursuit son cheminement

Employée par le Canadien depuis près de 30 ans, Geneviève Paquette a admis avoir été surprise par l’annonce de la sélection de Mailloux, accusé de diffamation et de partage d’une image intime sans consentement. Elle a reconnu que c’est cette décision controversée qui a incité le Canadien à s’impliquer dans cette cause.

«Je me suis immédiatement engagée à transformer cette adversité en occasion, en positif», a-t-elle indiqué.

Dans sa lettre adressée aux partisans à la fin de juillet, le propriétaire du Canadien avait également affirmé que l’organisation allait soutenir et encadrer «Logan dans son engagement à devenir une meilleure personne».

«Il continue sa démarche de façon sérieuse et engagée. Il poursuit sa thérapie en plus de continuer de s’entraîner et d’aller à l’école. Bientôt, il fera du travail communautaire, a indiqué Mme Paquette. Il comprend ce qui se passe.»

Toutefois, dans l’immédiat, pas question d’impliquer le défenseur de 18 ans concrètement dans une activité de sensibilisation auprès de victimes ou auprès d’autres jeunes.

«Dans les discussions que nous avons eues avec eux, des thérapeutes ont soutenu qu’il n’était pas recommandé que Logan s’adresse à ces groupes, pour l’instant. Pour qu’il soit crédible, et en guise de respect pour sa victime et pour les autres victimes de violence sexuelle ou de cyberviolence, on doit s’assurer qu’il ait complété son cheminement personnel», a-t-elle expliqué.

La deuxième chance de Ramage

En plus d’avoir été reconnu coupable et d’avoir payé une amende, Mailloux a été suspendu, jusqu’à nouvel ordre, par la Ligue de hockey junior de l’Ontario. De plus, le Canadien ne l’a pas invité au camp des recrues qui s’amorçait hier.

«C’est une leçon qui lui servira pour le reste de sa vie. Je ne veux pas diminuer ce qu’il a fait, mais il subit sa punition chaque jour. Le hockey, c’est amusant lorsque tu joues des matchs. Ce qui n’est pas son cas», a rappelé Rob Ramage, le directeur Développement des joueurs.

Ce dernier est bien placé pour reconnaître l’importance d’offrir une deuxième chance à quelqu’un qui a commis une erreur.

En 2010, l’ancien défenseur du Canadien a été condamné à quatre ans de prison pour conduite avec les facultés affaiblies ayant causé la mort de son ami Keith Magnuson. Il n’a purgé que 10 mois.

Lors des audiences, la famille Magnuson avait indiqué qu'elle avait pardonné à Ramage et demandé qu'il n'aille pas en prison. Ils avaient plutôt suggéré qu'il soit condamné à parcourir les écoles de l'Amérique du Nord pour rencontrer les jeunes athlètes et leur parler des dangers de l'alcool au volant. 

«On m’a donné une deuxième chance et c’est la raison pour laquelle je suis ici aujourd’hui. J’ai commencé à parler à des groupes pendant que j’étais encore en prison», a raconté Ramage.

«J’étais beaucoup plus vieux que Logan. J’ai sensibilisé des jeunes du junior, du hockey universitaire, de la LNH, des Ligues majeures de baseball et du FBI, a-t-il énuméré. Je n’aurais pu le faire si on ne m’avait pas donné de deuxième chance. On va aider Logan une étape à la fois.»


Par ailleurs, Geneviève Paquette a confirmé que l’organisation avait contacté la famille de la victime de Mailloux. Les deux parties ont convenu de ne pas dévoiler les détails de la conversation.