/news/society
Navigation

Agression sur une fidèle: un pasteur derrière les barreaux pour 10 mois

Coup d'oeil sur cet article

Un ancien pasteur de Sherbrooke a été condamné à 10 mois de détention pour une agression sexuelle survenue sur une de ses fidèles il y a près de deux ans.

Alors qu’il était le guide spirituel d’une jeune femme de 17 ans au sein de l’Église Adventiste de la Réforme, Renso Fernando Suarez Brinez, a admis avoir «complètement perdu la tête et ne pas avoir réussi à se contrôler» lorsqu’il a agressé sexuellement sa fidèle, peut-on lire dans le jugement rendu jeudi au palais de justice de Sherbrooke par la juge de la Cour du Québec, Claire Desgens.

Le jugement mentionne en outre que l’adolescente avait clairement exprimé son désaccord, mais que son «non» avait été interprété comme un «oui».

Qui plus est, la jeune victime s’était confiée à lui concernant «des abus sexuels antérieurs», a souligné la juge, au moment du prononcé de la sentence de l’individu.

Les faits

Le soir du 16 novembre 2018, Renso Fernando Suarez Brinez, alors âgé de 32 ans, invite la victime chez lui pour «travailler sur un projet de musique» pendant que sa femme est à l’extérieur du pays. Durant la soirée, il tente maladroitement des rapprochements et invite l’adolescente à dormir chez lui. «La plaignante dit s’être sentie obligée de dormir là et par la suite, de partager son lit», précise-t-on dans le jugement. C’est à ce moment que Suarez Brinez a commis son méfait.

À la suite des événements, la victime dit avoir été «marquée au fer rouge», ayant eu des idées suicidaires en plus de s’être automutilée. Elle souffre désormais aussi de trouble alimentaire et fait des crises d’anxiété. Au moment où elle a porté plainte et que l’Église a pris connaissance des faits, le pasteur adventiste a été «expulsé», juste avant d’être «radié» de son Église.

Le délinquant a par la suite envoyé plusieurs textos à la plaignante «sur le thème du pardon», mais c’était trop peu trop tard.

Renso Fernando Suarez Brinez a été condamné à 10 mois de prison avec une probation de trois ans comprenant un suivi de 18 mois. Il doit aussi fournir un échantillon d’ADN et sera inscrit au registre des délinquants sexuels pour les 10 années à venir.