/sports/football/alouettes
Navigation

André Bolduc sera patient avec le jeu au sol

André Bolduc sera patient avec le jeu au sol
Photo courtoisie, CFL Photo Patrick Doyle

Coup d'oeil sur cet article

Le jeu au sol des Alouettes de Montréal se porte très bien depuis le début de la saison, mais André Bolduc se méfie des Lions de la Colombie-Britannique, qui font de l’excellent boulot cette année pour forcer leurs adversaires à se tourner vers la passe.

• À lire aussi: Une infection qui ouvre les yeux chez les Alouettes

Les Moineaux dominent en effet plusieurs catégories au sein de la Ligue canadienne de football (LCF), avec notamment 25 courses et 141 verges de gains par rencontre. La moyenne de 5,6 verges par course les place également au premier rang. 

Cependant, au point de vue défensif, les Lions n’ont donné qu’un touché au sol et limitent les porteurs de ballon à 84,4 verges par match cette année.

«Beaucoup équipes font de l’excellent travail présentement pour arrêter notre jeu au sol, de plusieurs façons. Je ne vous dirai pas comment, mais elles le font. Alors, nous devons être plus créatifs, mais surtout plus patients avec le jeu au sol», a fait valoir Bolduc, mercredi en vidéoconférence, quelques jours avant de remplacer l’entraîneur Khari Jones, aux prises avec la COVID-19.

L’expérience compte

Le son de cloche était semblable chez Kristian Matte. Le garde est allé un peu plus loin dans son analyse, indiquant que la ligne défensive des Lions mise sur la confusion pour connaître du succès.

«Cette semaine, ça va être un gros test, a-t-il prévenu. Il y a beaucoup de mouvements. C’est une bonne ligne défensive. Les gars sont un peu plus jeunes, donc il faut regarder les bandes vidéo un petit peu plus pour s’assurer de lire ce qu’ils essaient de faire.»

La confiance semble toutefois bien présente dans les rangs montréalais. En effet, Bolduc, dont le rôle consiste habituellement à travailler avec les demis, estime que l’expérience et la cohésion au sein de la ligne offensive sont des atouts inestimables.

«On est chanceux, on a une ligne très expérimentée, a-t-il indiqué. On pense à Kristian Matte, Philippe Gagnon, Landon Rice, Tony Washington... On est très choyés. Les gens pensent parfois que l’âge peut nuire un peu au football, mais sur la ligne offensive, je peux vous dire que c’est un avantage incroyable.»

Cette expérience a bien servi les Alouettes jusqu’ici. Néanmoins, ce serait bien mal connaître les membres de la ligne offensive de croire qu’ils vont se contenter de ces récents succès.

«En ce moment, on est super contents, a acquiescé Matte. On veut être meilleurs toutes les semaines. Je pense qu’on joue très bien ensemble présentement. On forme un groupe de vétérans qui ont joué l’un à côté de l’autre à plusieurs positions.»

«On joue du très bon football, mais on peut toujours s’améliorer. On est content, mais on en veut plus. On veut dominer toutes les semaines.»

Travail accru pour les unités spéciales

Par ailleurs, Bolduc a changé un peu l’horaire des séances pour permettre aux unités spéciales d’y aller de quelques exercices supplémentaires. Il ne s’agit pas d’une carte sortie de sa manche, toutefois, parce que des discussions en ce sens avaient commencé il y a deux semaines avec Khari Jones.

«Toutes les répétitions comptent à l’entraînement. Les unités spéciales sont une grosse part de la Ligue canadienne de football (LCF) et nous voulons bien sûr être le plus prêt possible.»

À VOIR AUSSI