/sports/hockey/canadien
Navigation

Camp des recrues: le sourire de Simoneau

Le jeune joueur de centre ne s’est pas présenté à Brossard en touriste

Xavier Simoneau (photo) et Joshua Roy sont venus au camp des recrues pour apprendre et étaler leur potentiel.
Photo Martin Chevalier Xavier Simoneau (photo) et Joshua Roy sont venus au camp des recrues pour apprendre et étaler leur potentiel.

Coup d'oeil sur cet article

Xavier Simoneau n’a pas eu le temps de redescendre de son nuage entre le jour du repêchage et la première journée du camp des recrues.

• À lire aussi: Guhle, Norlinder et les autres

• À lire aussi: Se renflouer à droite

• À lire aussi: Repêchage de la LNH: une bonne cuvée pour la LHJMQ

Le 24 juillet dernier, le Canadien a parié sur un petit centre de 5 pi 7 po et 175 lb au sixième tour du repêchage avec le 191e choix au total. Âgé de 20 ans, Simoneau posait pour la première fois un pied dans la porte d’une équipe de la LNH. 

Près de deux mois après le repêchage, l’ancien des Voltigeurs de Drummondville a endossé l’uniforme du CH pour un premier entraînement au camp des recrues. 

« J’ai probablement le même sourire qu’à mon repêchage, a affirmé Simoneau à sa sortie de la glace. Pour moi, c’est un honneur de porter le chandail du Canadien sur mon dos. C’est un rêve qui devient réalité. Je peux apprendre en venant ici. Je veux rester une éponge. Je suis assis à côté de Rafaël Harvey-Pinard dans le vestiaire et je souhaite m’inspirer de lui. »

Les joueurs suivent les consignes de Jean-François Houle (entraîneur-chef du Rocket).
Photo Martin Chevalier
Les joueurs suivent les consignes de Jean-François Houle (entraîneur-chef du Rocket).

Malgré tout le bonheur qui l’envahissait à son arrivée au complexe d’entraînement du CH à Brossard, Simoneau avait également la mentalité du joueur qui partait en mission.  

« Je suis un compétiteur, a-t-il rappelé. Je ne suis pas venu ici en touriste. Je veux laisser mon nom. Ils m’ont repêché pour une raison. Je fonce dans les coins. Je ne suis pas un gros bonhomme, mais j’ai un bon modèle avec Brendan Gallagher. J’ai un bon sens du hockey et j’ai amélioré mon patin. J’ai tellement regardé souvent le CH quand j’étais jeune. Oui, c’est le fun d’être repêché. Mais je veux en ressortir avec un contrat professionnel et, un jour, jouer pour le Canadien de Montréal. » 

Charlottetown ou Laval ?

À 20 ans, Simoneau pourrait poursuivre son développement pour une dernière saison dans la LHJMQ ou faire le saut chez les professionnels. 

Après quatre saisons à Drummondville, les Voltigeurs l’ont échangé aux Islanders de Charlottetown au cours des derniers mois. 

Kaiden Guhle et Rafaël Harvey-Pinard ont démontré beaucoup d’intensité, jeudi.
Photo Martin Chevalier
Kaiden Guhle et Rafaël Harvey-Pinard ont démontré beaucoup d’intensité, jeudi.

Advenant un renvoi à Charlottetown, il suivrait les traces de Harvey-Pinard qui avait également joué sa saison de 20 ans dans la LHJMQ, mais avec les Saguenéens de Chicoutimi. 

« Je laisserai cette décision au Canadien, a-t-il dit. Je sais qu’ils me dirigeront vers la bonne place pour moi. »

Avec Harvey-Pinard, le CH avait pris la bonne décision pour son développement. À ses débuts avec le Rocket de Laval l’an dernier à l’âge de 21 ans, l’ailier a montré qu’il était prêt physiquement et mentalement pour suivre la cadence dans la Ligue américaine. 

« Je parle beaucoup avec Rafaël, a précisé Simoneau. Il a déjà une saison avec le Rocket et il a paraphé son premier contrat avec le CH. Il travaille fort, il a un peu le même style que moi. Il est clairement un modèle pour moi. 

(39) Joe Vrbetic et (95) Alexis Gravel écoutent les instructions de Marco Marciano (entraîneur des gardiens de but du Rocket).
Photo Martin Chevalier
(39) Joe Vrbetic et (95) Alexis Gravel écoutent les instructions de Marco Marciano (entraîneur des gardiens de but du Rocket).

« Il y a une chose évidente avec lui et c’est qu’il travaille toujours. On sait que le Canadien adore les gars qui travaillent. Oui, il est un excellent joueur de hockey, mais il travaille encore plus fort. Si Rafaël a réussi à obtenir un contrat pro, je peux aussi y arriver. » 

Jean-François Houle a tenu de bons mots au sujet de Simoneau qui avait reçu une invitation pour participer au camp d’Équipe Canada l’an dernier pour le Championnat du monde junior. 

Xavier Simoneau (photo) et Joshua Roy sont venus au camp des recrues pour apprendre et étaler leur potentiel.
Photo Martin Chevalier

« Xavier est un joueur intelligent, a noté Houle. On a fait des entrées de zone, il savait ce qu’il faisait avec la rondelle. On parle d’une bonne tête de hockey. »

À sa dernière saison à Drummondville, Simoneau a récolté 37 points (10 buts, 27 passes) en 27 rencontres. 

Roy plus mince

Choix de 5e tour (150e au total) au dernier repêchage par le Tricolore, Joshua Roy a aussi offert ses premiers coups de patin avec un gilet du Tricolore sur ses épaules. 

« Je dois garder mon identité, mais atteindre un autre niveau, a souligné l’ailier droit du Phoenix de Sherbrooke. Tous les joueurs sont meilleurs ici, il y a une coche avec le junior. Le CH m’a repêché pour mes qualités. Je suis un joueur offensif et je dois travailler sur cet aspect. »

(51) Riley Kidney, un choix de 2<sup></sup>e tour en 2021, se retrouve en sandwich entre les défenseurs (84) William Trudeau et (36) Gianni Fairbrother.
Photo Martin Chevalier
(51) Riley Kidney, un choix de 2e tour en 2021, se retrouve en sandwich entre les défenseurs (84) William Trudeau et (36) Gianni Fairbrother.

Roy a également travaillé sur un autre aspect important, celui du conditionnement physique. Le premier choix au total au repêchage de la LHJMQ en 2019 par les Sea Dogs de Saint-Jean a perdu 15 livres au cours des dernières semaines. L’ailier de 6 pi est passé de 205 lb à 190 lb. 

Trevor Timmins avait dit après le dernier repêchage qu’il devait apprendre à se comporter comme un pro afin d’accélérer son développement.