/finance
Navigation

Des projets publics qui coûteront 1,8 G$ de plus

Des projets publics qui coûteront 1,8 G$ de plus
Photo Agence QMI, Joël Lemay

Coup d'oeil sur cet article

Les associations patronales de la construction dénoncent le projet de loi 59 du ministre du Travail, Jean Boulet, qui risque de faire exploser le coût des projets publics de 1,8 G$ ces 10 prochaines années selon eux.

• À lire aussi: Projet de loi 59: une manifestation de 59 heures devant l’Assemblée nationale

• À lire aussi: Le projet de loi 59 dénoncé par les quatre centrales syndicales

« Nous estimons qu’un Représentant à la santé et sécurité (RSS) coûte en moyenne 125 000 $ par année. Si nous prenons les chantiers qui auraient été visés par cette mesure en 2018, ce sont près de 240 millions de dollars », a calculé Éric Côté, PDG de la Corporation des entrepreneurs généraux du Québec. 

Coûts de 1,8 milliard $ ?

« Sur 10 ans, on parle de près de 1,8 milliard de dollars de plus que le gouvernement devra investir pour réaliser les maisons des aînés, les écoles, les routes et tous les autres projets », a-t-il ajouté. 

Comme lui, les dirigeants des principales associations patronales de la construction ont écorché publiquement le projet de loi jeudi.

« Il est inconcevable pour nos membres de mettre autant d’argent pour l’embauche de RSS, alors qu’ils n’auront aucun droit de regard sur la personne », a regretté Jean-François Arbour, président de l’Association de la construction du Québec. 

Après leur sortie, la FTQ-Construction a accusé les patrons de jouer avec la santé et la sécurité des travailleurs québécois de l’industrie.

« Je ne connais pas beaucoup de gars qui gagnent 125 000 $ par année dans ce domaine-là », a dénoncé Simon Lévesque, son conseiller à la santé et sécurité.

« Au Québec, chaque année, il en coûte presque 3 milliards de dollars pour indemniser des accidents de travail sur les chantiers », a-t-il indiqué.

« Il est inacceptable que les patrons priorisent leurs bénéfices alors que l’on parle de vies humaines », a regretté Michel Trépanier, président du Conseil provincial (International).

En journée, le ministre du Travail, Jean Boulet, a défendu son projet de loi. 

« Le secteur de la construction connaît le plus important nombre de lésions professionnelles et de décès au Québec. En 2019, 7,7 % des lésions professionnelles et 28,9 % des décès y sont survenus. La situation doit changer », a-t-il souligné dans une déclaration écrite transmise au Journal.