/news/coronavirus
Navigation

Mort de la COVID-19 à 39 ans: un sportif non vacciné emporté

Sa conjointe endeuillée implore les gens de ne pas attendre pour recevoir leurs injections contre le coronavirus

Coup d'oeil sur cet article

La conjointe d’un grand sportif de 39 ans non vacciné qui a été foudroyé par la COVID-19 implore de ne pas remettre à demain son rendez-vous pour obtenir sa dose contre le virus. 

• À lire aussi: Un homme de 39 ans non vacciné meurt de la COVID-19

« La mort de mon conjoint, ce qu’on vit présentement est évitable. Il faut aller chercher ses doses le plus vite possible. Si je pouvais retourner dans le passé, c’est ce que je ferais », a dit en larmes Kaliopi Seferiadis.

Le Québécois Stefanos Govas (au centre) a représenté la Grèce lors de six Championnats du monde de hockey-balle. Le sportif de 39 ans a succombé très rapidement à la COVID-19, lui qui avait prévu aller se faire vacciner prochainement.
Photo tirée de Facebook
Le Québécois Stefanos Govas (au centre) a représenté la Grèce lors de six Championnats du monde de hockey-balle. Le sportif de 39 ans a succombé très rapidement à la COVID-19, lui qui avait prévu aller se faire vacciner prochainement.

Son conjoint, Stefanos Govas, est décédé ce week-end de la COVID-19 après s’être présenté aux urgences de l’hôpital de la Cité-de-la-Santé, à Laval. 

Le trentenaire n’avait reçu aucune dose contre le coronavirus, mais sa conjointe assure qu’ils « n’étaient pas des antivaccins. » 

« Au début, on voulait juste être certain que c’était safe. On ne sentait pas l’urgence : on est jeunes, en santé, on mange bien et bouge beaucoup », a-t-elle expliqué.

Rendez-vous prévu

Le couple avait pris un rendez-vous au début du mois afin d’obtenir une première dose, mais il a dû l’annuler après l’apparition de symptômes de la COVID-19.

Puis, l’état de santé de l’homme qui travaille comme serveur s’est détérioré en à peine un jour, selon Mme Seferiadis.

« Tout était correct, puis il s’est mis à tousser, à vomir et à manquer d’énergie. Les jeunes, on pense que rien ne peut nous arriver. Mais regardez, tout a basculé d’un jour à l’autre », a-t-elle raconté.

  • À écouter aussi:

Pourtant, Stefanos Govas était en pleine forme et il s’entraînait régulièrement au gym, a aussi rapporté son ami Peter Karagiannis, avec qui il jouait au hockey-balle depuis plus de 15 ans.

Il a même représenté six fois la Grèce lors de Championnats du monde, selon l’Association hellénique de hockey-balle, dévastée d’avoir perdu « un membre spécial. »

« Contrairement aux souches précédentes, le variant Delta attaque aussi les jeunes. C’est pour ça qu’il faut absolument aller se faire vacciner », insiste Roxane, la professeure à l’École de santé publique de l’Université de Montréal Borgès Da Silva.    

  • Écoutez le journaliste de TVA Nouvelles, Yves Poirier, avec Benoit Dutrizac sur QUB Radio:   

Les moins de 50 ans attendent

Les gens de moins de 50 ans atteints de la COVID-19 attendent souvent plus longtemps avant de se rendre à l’hôpital, observe par ailleurs le chef par intérim des soins intensifs à la Cité-de-la-Santé, le Dr Joseph Dahine.

« Le corps tolère beaucoup plus. Ils ont l’air corrects jusqu’à ce que ça crashe. Il y a des gens qui sont restés longtemps à la maison jusqu’à ce que ce soit minuit moins une », a-t-il dit.

– Avec Andrea Valeria

Des jeunes s’entêtent et refusent des soins      

Plusieurs jeunes patients non vaccinés et malades de la COVID-19 s’obstinent avec le personnel soignant lorsque vient le temps de se faire traiter. 

Rien n’indique cependant au Journal que c’était le cas de Stefanos Govas (voir autre texte ci-haut).

« On ne dealait jamais avec des cas comme ça avant. Ils disent : “Je ne veux pas être intubé”, ou ils s’obstinent fort en disant qu’ils respirent bien même si ce n’est pas le cas », explique le chef par intérim des soins intensifs à l’hôpital de la Cité-de-la-Santé, à Laval, le Dr Joseph Dahine. Personne ne veut mourir, mais ça fait des dynamiques très spéciales. [...] C’est très difficile. » 

Personne ne sera pénalisé

Malgré tout, le Dr Dahine assure que le personnel soigne ces gens du mieux qu’ils peuvent. 

« Jamais on ne va les abandonner, même s’ils font tout pour ne pas s’aider. Ce n’est pas parce qu’ils font des mauvais choix de vie qu’on va les pénaliser », assure-t-il. 

Frustration

« Il y a de la frustration, c’est parfois difficile d’avoir de l’empathie, mais le professionnalisme doit primer sur tout », ajoute le Dr Joseph Dahine. 

— Héloïse Archambault

À VOIR AUSSI  

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres