/news/elections
Navigation

Question controversée: le Groupe de diffusion des débats reste muet et ne compte pas s'excuser

Question controversée: le Groupe de diffusion des débats reste muet et ne compte pas s'excuser
AFP

Coup d'oeil sur cet article

Le Groupe de diffusion des débats semble ne pas vouloir donner suite aux demandes d’excuses des chefs fédéraux et de l’Assemblée nationale au sujet de la question posée à Yves-François Blanchet en ouverture du débat en anglais.

• À lire aussi: Trudeau, O’Toole et Singh appuient la demande d’excuses au consortium

• À lire aussi: Le Québec et le reste du Canada divisés après le débat en anglais

Appelé à donner suite à ces demandes jeudi matin, le porte-parole du Groupe de diffusion, Leon Mar, s'est référé à la déclaration émise au lendemain du débat en anglais, le 10 septembre dernier.

On pouvait y lire que «la question n'affirmait pas que les Québécois sont racistes», car elle portait «explicitement» sur la loi 21 et le projet de loi 96, «qui ont fait l'objet d'une large couverture et d'importantes conversations depuis qu'elles ont été déposées à l'Assemblée nationale du Québec».

Par ailleurs, M. Mar a refusé, jeudi, de commenter la plainte formulée auprès du Conseil de presse du Québec (CPQ) par la Fédération professionnelle des journalistes du Québec (FPJQ), qui s’inquiétait du choix de la modératrice, présidente de maison de sondage et non-journaliste.

Le porte-parole du consortium a aussi affirmé qu’il n’accorderait pas d’entrevue à ce sujet.

Dans sa lettre au CPQ, la FPJQ a aussi remis en question la «neutralité» de la question posée à Yves-François Blanchet, «à savoir si elle respecte les règles de déontologie journalistique [qualité de l’information, présentation de l’information, respect des personnes et des groupes]».

À Halifax, mercredi, le chef libéral Justin Trudeau a déclaré que la prémisse de la question était «inacceptable» et «insultante», et il dit croire qu’il serait «important que le consortium s’explique et s’excuse».

La veille, les élus de l’Assemblée nationale avaient adopté une motion du Parti québécois réclamant des excuses au consortium médiatique, qui a développé le format du débat ainsi que les questions.

La décision du CPQ pourrait prendre des mois avant d’être rendue.

Le volet anglophone du Groupe de diffusion des débats comprend APTN News, CBC News, CTV News et Global News.

À VOIR AUSSI