/opinion/blogs/columnists
Navigation

D'anciens premiers ministres pour rallumer la flamme

Jean Chrétien
Capture d'écran TVA Nouvelles Jean Chrétien

Coup d'oeil sur cet article

Il n’y a rien de mieux que de faire appel à un ancien premier ministre pour remettre un peu de pep au sein des troupes. C’est comme un bon vin vieilli, on n’en dégusterait pas tous les jours, puisqu’on ne l’apprécierait plus autant, mais une fois de temps en temps, lors d’une occasion spéciale, que c’est bon!

J’étais contente, cette semaine, de revoir Jean Chrétien et Brian Mulroney. Ils sont en forme et n’ont surtout pas perdu de leur pertinence ni de leur aisance à s’exprimer! Ils ont fait partie de notre quotidien pendant plusieurs années et ça fait du bien de les réentendre. 

Jean Chrétien
Capture d'écran TVA Nouvelles

Certains diront que, quand on cogne à la porte des anciens premiers ministres en pleine campagne, c’est mauvais signe. Yves-François Blanchet y voit même un aveu de faiblesse. Je ne suis pas d’accord.

J’y vois plutôt une marque de respect de la part des anciens envers la formation politique qu’ils ont représentée et, surtout, un bel appui pour le leader actuel de leur parti. 

Quant aux présents chefs, qui acceptent temporairement de se faire voler la vedette pour la cause, c’est une belle marque d’humilité. 

Dans une carrière politique et aussi en campagne, tout le monde a des hauts et des bas. Ce qui serait un mauvais signe, ce serait de ne rien faire et de ne pas accepter ce coup de pouce précieux. 

C’est quand même assez flatteur pour nos anciens chefs de constater qu’après autant d’années, ils sont encore appréciés, désirés et même adulés.

Ce n’est malheureusement pas ce qu’on ressent au Bloc québécois. Quand on lui a demandé s’il souhaitait faire appel à Lucien Bouchard, Yves-François Blanchet a été plutôt catégorique: NON. 

Jean Chrétien
Photo courtoisie TVA

Craint-il de se faire éclipser par les talents oratoires de M. Bouchard? Craint-il tout simplement que M. Bouchard refuse l’invitation, ou craint-il que Lucien Bouchard critique à nouveau l’existence prolongée du Bloc, en soutenant que son ancien parti ne fait que diluer le pouvoir politique au Québec? J’opterais surtout pour les deux dernières réponses.

Disons que les dernières sorties publiques de Lucien Bouchard sur le parti qu’il a fondé ne laissaient pas croire qu’il était encore bloquiste. 

En fait, ce qui serait encore plus fort, et tout un tour de force, ce serait que Justin Trudeau ou Erin O’Toole réussisse à avoir l’appui public de Lucien Bouchard. 

À VOIR AUSSI