/world/middleeast
Navigation

Iran: Amnesty dénonce «l'impunité» face aux morts suspectes en prison

Iran: Amnesty dénonce «l'impunité» face aux morts suspectes en prison
Photo AFP

Coup d'oeil sur cet article

Nicosie | Amnesty International a dénoncé le «climat d'impunité» systémique en Iran face à la mort en détention d'au moins 70 personnes en dix ans malgré des informations indiquant que nombre de ces décès étaient liés à l'usage de la torture. 

Les autorités iraniennes «se sont abstenues d'établir les responsabilités dans au moins 72 cas de morts en détention depuis janvier 2010» malgré des informations indiquant qu'ils étaient dus au recours à la «torture ou autres mauvais traitements, ou à l’usage illégal d’armes à feu et de gaz lacrymogène par des agents de l’État», a déclaré Amnesty dans un communiqué publié mercredi. 

Le dernier cas recensé concerne Yasser Mangouri. Sa mort a été annoncée à sa famille le 8 septembre par des agents du Renseignement dans le nord-ouest de l'Iran, a rapporté l’organisation. 

M. Mangouri est mort «dans des circonstances suspectes» qui illustrent «le climat général d’impunité qui incite les forces de sécurité à bafouer le droit à la vie des prisonniers sans craindre d’en subir les conséquences», a déclaré Heba Morayef, directrice à Amnesty.

Le 24 août, le chef des prisons a reconnu qu'un «comportement inacceptable» s'était tenu dans une prison de Téhéran après la publication à l'étranger de vidéos prétendument obtenues par des pirates informatiques montrant des violences contre des détenus.

D'après Amnesty, les vidéos ont «offert des preuves troublantes de coups, de harcèlement sexuel et d'autres mauvais traitements infligés aux prisonniers». 

Des «tortures physiques et autres mauvais traitements» ont causé la mort de 46 des 72 détenus, selon le communiqué. 

Quinze autres sont morts après l'usage, par des gardiens de prison, d'armes à feu et de gaz lacrymogène pour réprimer des mouvements de protestation liés à la santé pendant la pandémie de COVID-19, selon la même source.

Les onze derniers cas sont morts dans «des circonstances suspectes», a déclaré l'ONG en précisant ne pas disposer de plus d'informations. 

«Les autorités iraniennes expliquent généralement les morts en détention par des suicides, des overdoses ou des maladies (...) sans mener d'enquête indépendante et transparente», a-t-elle ajouté. 

En juillet, Amnesty et d'autres ONG ont exhorté les membres du Conseil des droits de l'Homme de l'ONU à mettre en place un mécanisme d'enquête pour recueillir et analyser les preuves des crimes les plus graves commis dans la République islamique.

L'Iran se défend souvent contre les accusations de l'ONU et des ONG sur le mauvais traitement des prisonniers.