/news/politics
Navigation

Rivière Péribonka: un «réel débat» réclamé sur les projets de coupes forestières

Rivière Péribonka: un «réel débat» réclamé sur les projets de coupes forestières
Comité de sauvegarde Péribonka

Coup d'oeil sur cet article

La Fédération de l’industrie manufacturière (FIM-CSN) demande un «réel débat public» sur l’utilisation de la forêt québécoise après le recul du gouvernement au sujet des coupes qu’il avait autorisées sur le territoire du projet d’aire protégée de la rivière Péribonka.

• À lire aussi: Projet d’aire protégée de la rivière Péribonka: Québec recule sur les coupes forestières

Les décisions touchant aux aires forestières protégées devraient relever des premières nations, des travailleurs, des groupes économiques et environnementaux ainsi que de la population qui vivent sur ces territoires, estime la FIM-CSN.

Dans un communiqué, publié vendredi, elle réclame la création de tables de concertation régionales réunissant tous ces acteurs.

«Pour nous, la préservation du territoire et le développement économique doivent relever de celles et de ceux qui sont directement touchés par ces décisions», a déclaré le président, Louis Bégin.

«Dans le cas de l'aire protégée de la Péribonka, le ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs prétend qu'une grande partie du secteur serait touché par l'épidémie de la tordeuse des bourgeons de l'épinette. Il faudrait donc se demander ce qui est plus profitable: laisser cette forêt dépérir ou procéder à des récoltes qui la valoriseraient ?», s’est pour sa part questionné le trésorier du Conseil central des syndicats nationaux du Saguenay-Lac-Saint-Jean-CSN, Yannick Gaudreault.

Rappelons que Québec tente de justifier depuis plusieurs mois des coupes forestières sur plusieurs dizaines de kilomètres carrés dans le territoire de la rivière Péribonka, au nord du Lac-Saint-Jean.