/sports/football/alouettes
Navigation

Les Alouettes en manque d’inspiration

Les Alouettes en manque d’inspiration
Martin Chevalier / JdeM

Coup d'oeil sur cet article

Les Alouettes de Montréal avaient un énorme défi devant eux, samedi soir, au stade Percival-Molson, et ils l’ont échoué, s’inclinant par la marque de 27 à 18.

Fort d’une performance de quatre passes de touché lors de la semaine précédente contre le Rouge et Noir d’Ottawa, le quart-arrière des Lions Michael Reilly n’a pas été aussi dominant, mais il a tout de même trouvé ses receveurs 21 fois en 25 tentatives, pour 308 verges de gains.

Les Alouettes en manque d’inspiration
Martin Chevalier / JdeM

Reilly a réussi deux relais pour un majeur, dont un relais de 75 verges à Lucky Whitehead, au deuxième quart. C’est la deuxième fois de la saison que les deux hommes unissaient leurs efforts pour inscrire un majeur sur cette distance.

Le porteur de ballon James Butler a aussi franchi la ligne des buts pour les Lions, sur un jeu au sol, dès leur première séquence à l’attaque du match.

Les Alouettes en manque d’inspiration
Martin Chevalier / JdeM

«La défensive, c’est des hauts et des bas. On a donné des gros jeux faciles, des touchés faciles. Et souvent, on a forcé des two and out, de dire André Bolduc, qui remplaçait Khari Jones (incommodé par la COVID-19) à titre d’entraîneur-chef. C’est certain que ce n’est pas l’issue qu’on aurait aimée au niveau du pointage, mais on va essayer de trouver du positif.»

Attaque anémique

En l’absence de l’entraîneur-chef, Khari Jones, les adjoints Michael Lionello et André Bolduc avaient la tâche de sélectionner les jeux en attaque. Même si l’unité offensive a cumulé plus de 400 verges au total, elle n’a jamais été réellement en mesure de dompter la défensive des Lions, qui s’est dressée comme un mur.

Vernon Adams fils a été la principale victime de la tertiaire adverse, qui a réussi deux interceptions, dont une dans sa propre zone des buts, en plus de rabattre 13 passes, un record d’équipe. Le pivot des Moineaux a seulement complété 16 des 36 relais qu’il a tentés, pour 270 verges.

«Certainement un manque d’opportunisme, a déclaré Bolduc. Quand tu arrives dans la [zone rouge] et que tout ce que tu peux faire, c’est des placements toute la soirée, tu te mets dans une position où tu vas manquer de points à un moment donné. L’interception dans la zone, c’est certain que ça fait mal. Tu perds la chance d’un placement aussi, donc tu laisses vraiment beaucoup de points sur le terrain. C’est certain que ça a été un élément important de cette défaite.»

Eugene Lewis, le receveur de passes le plus visé par Adams fils, a seulement capté quatre des 11 ballons dirigés vers lui.

Au sol, William Stanback a engrangé 139 verges sur 18 portées, tandis qu’Adams fils en a ajouté 44 sur sept courses.

Les Alouettes en manque d’inspiration
Martin Chevalier / JdeM

Un botteur en confiance

Rare point positif pour les Alouettes, le botteur québécois David Côté a inscrit l’ensemble des 18 points des siens, lui qui a été parfait en six tentatives de placement, dont quatre en première demie.

Parmi ses six tentatives, Côté en a réussi une de 49 verges, sa plus longue de la soirée.

Trop de ballons échappés 

Si le quart-arrière des Alouettes de Montréal Vernon Adams fils a seulement réussi 16 des 36 passes qu’il a tentées, il n’aura pas que lui à blâmer.

Même si la défensive des Lions a prouvé pourquoi elle est celle qui compte le plus d’interceptions dans la Ligue canadienne de football cette saison, avec 10, incluant les 2 interceptions dans le duel du jour, les receveurs de passes des Moineaux devront se regarder longuement dans le miroir.

«J’aurais aimé voir des receveurs faire des attrapés contestés. De leur côté, B.C., chapeau, ils l’ont fait toute la soirée, a lancé André Bolduc, en conférence d’après-match. Quand c’est serré, avec le demi défensif qui est proche, il faut être capable de faire ces jeux-là, et j’ai l’impression qu’on ne les a pas faits souvent ce soir. Ça ne nous a pas aidés. Ça n’a certainement pas aidé Vernon non plus. C’est des choses qui se travaillent.»

À plus d’une reprise, ils ont échappé un ballon saisissable. Eugene Lewis a probablement commis l’échappé le plus coûteux. À la porte des buts, à la fin du second quart, Lewis n’a pas été en mesure d’attraper un ballon saisissable qui lui aurait permis d’ajouter six points au tableau. Les Alouettes ont ainsi dû se contenter d’un placement de David Côté, l’un des six qu’il a réussis durant le match.

Néanmoins, Vernon Adams fils n’a pas hésité à viser Lewis à plusieurs reprises durant la deuxième demie. Le numéro 87 des Alouettes en a finalement capté quatre, pour un pourcentage d’efficacité de 36,36%.

«C’est des lectures, on l’envoie au bon tracé et on ne choisit pas qui est là au bout, mais c’est certain que, les receveurs, quand ton numéro est regardé, il faut que tu fasses ces jeux-là, il faut que tu fasses ces [attrapés] et on aurait dû en faire plus, c’est certain.»