/weekend
Navigation

Variation sur le même thème

<strong><em>Le voyage dans l’Est</em></strong><br>Christine Angot</strong><br>aux Éditions Flammarion<br>224 pages
Photo courtoisie Le voyage dans l’Est
Christine Angot
aux Éditions Flammarion
224 pages

Coup d'oeil sur cet article

Sélectionné pour plusieurs grands prix littéraires, le nouveau Christine Angot parle à nouveau d’inceste. Mais ici, il a vraiment réussi à nous prendre aux tripes.

Ce n’est pas la première fois que dans ses livres, la femme de lettres française Christine Angot raconte l’inceste dont elle a été victime durant sa jeunesse. Mais tel qu’elle le dit elle-même dans Le Voyage dans l’Est, son 21e roman, « ce que je n’ai jamais fait, que je n’ai jamais pu, ou voulu faire, ou cru utile, c’est faire reposer toute l’architecture romanesque sur la solidité de mes points de vue, successifs, leur évolution, leur coexistence. Chaque fois que ce serait possible, ajouter une parole, un mouvement, un paysage. »

Ce coup-ci, elle reprendra donc toute l’histoire depuis le début en tâchant de ne rien omettre : les horreurs que son père lui a fait subir, oui, mais aussi tout ce qu’elle a ressenti et pensé pendant que... Et c’est bouleversant.

Mise en esclavage

Sans la nouvelle loi sur la filiation permettant de remplacer, dans le livret de famille, la mention « de père inconnu » par le nom du père, rien ne serait sans doute arrivé. Mais pressées d’ajouter ce nom, Christine et sa mère iront à Strasbourg, où vit désormais Pierre Angot. Christine, qui ne se rappelle pas l’avoir rencontré, est folle de joie.

Comme on le sait déjà, la suite sera terrible. Après un premier baiser sur la bouche, il y aura les mains baladeuses, les mots incroyablement crus et toutes ces caresses, tous ces agissements qui n’ont pas lieu d’être entre un père et sa fille.

Cinquante ans plus tard, Christine Angot décrit en nous permettant de comprendre pourquoi il est aussi difficile de se dégager de ce genre d’emprise.

À lire aussi cette semaine  

Anatomie d’un mariage

<strong>Virginia Reeves</strong><br>aux Éditions Stock<br>432 pages
Photo courtoisie
Virginia Reeves
aux Éditions Stock
432 pages

Dans la vie, il y a des occasions qu’on ne peut pas laisser passer. Par exemple, avoir la chance de diriger un établissement psychiatrique. Accompagné de sa femme Laura, le jeune psychiatre Edmund Malinowski s’installera ainsi dans un coin perdu du Montana au début des années 1970. Pour faire durer un mariage, ce sera toutefois loin d’être l’idéal... Une histoire à la fois prenante et surprenante. 

Retour de service

<strong>John le Carré</strong><br>aux Éditions Points<br>360 pages
Photo courtoisie
John le Carré
aux Éditions Points
360 pages

Retour de service est le tout dernier roman de John le Carré à avoir été publié de son vivant. Et cette fois encore, le Secret Intelligence Service britannique est au cœur de l’histoire. Nat y a consacré sa vie et, à 50 ans passés, il n’est plus bon qu’à une seule chose : diriger le Refuge, une sous-station du département Russie composée d’espions sans envergure. Mais tout va bientôt changer à cause d’un joueur de badminton amateur de géopolitique. 

Dictionnaire des corsaires et des pirates

<strong>Sous la direction de Gilbert Buti et Philippe Hrodej</strong><br>aux Éditions CNRS<br>1016 pages
Photo courtoisie
Sous la direction de Gilbert Buti et Philippe Hrodej
aux Éditions CNRS
1016 pages

À l’abordage ! Avec ce dictionnaire historique de plus de 1000 pages, on entre directement dans l’univers des corsaires et des flibustiers du monde entier. Barbe Noire, Robert Surcouf, John Rackam, sir Henry Morgan, Black Sam, Jean Bart... Tous ceux qui ont jadis écumé les mers ont droit à leur propre entrée. Ce qui vaut aussi pour les ports, les villes ou les régions qui ont été marqués par leurs fréquents passages. Une belle découverte. 

Le grand livre du batch cooking

<strong>L’Escouade culinaire</strong><br>aux Éditions Saint-Jean<br> 312 pages
Photo courtoisie
L’Escouade culinaire
aux Éditions Saint-Jean
312 pages

Avec l’école qui a recommencé, il faut être sacrément bien organisé pour se rendre jusqu’aux Fêtes sans avoir l’impression de toujours courir. Mais heureusement, il y a le batch cooking. Et grâce à lui, il est possible de cuisiner cinq repas sains et variés pour quatre personnes en trois heures seulement. Les 18 menus proposés dans ce livre nous permettront ainsi de gagner un temps fou sans sacrifier le bon goût !

Frissons garantis  

Les promises

<strong>Jean-Christophe Grangé</strong><br>aux Éditions Albin Michel<br>656 pages
Photo courtoisie
Jean-Christophe Grangé
aux Éditions Albin Michel
656 pages

Surprise ! Le nouveau Jean-Christophe Grangé ne se déroule pas en France ou dans un lointain pays exotique, mais dans une Allemagne pressée d’envahir la Pologne. L’horreur est donc déjà bien en place et bientôt, il va y avoir une nouvelle guerre mondiale.

Mais alors que les nazis sont absolument partout et que les rues de Berlin grouillent d’indicateurs aux ordres de la SS, des femmes vont être sauvagement assassinées non loin des rives de la Spree. Et pas n’importe quelles femmes : toutes auront pour époux l’un des membres haut placés du Parti nazi et toutes appartiendront à un club dont les réunions se tiennent chaque après-midi entre les murs du célèbre hôtel Adlon.

Une enquête compliquée

D’abord confiée à la Kripo, l’affaire, jugée extrêmement délicate, sera vite transférée à la Gestapo. Un singulier paradoxe, cette police secrète étant plus habituée à fabriquer de toutes pièces quantité de criminels qu’à chercher de vrais coupables. Pour l’hauptsturmführer Franz Beewen, le défi sera donc de taille. Mais par chance, deux civils ne tarderont pas à l’épauler dans son enquête : un brillant psychanalyste spécialiste des rêves et une psychiatre alcoolique détestant ouvertement les nazis.

Comme souvent avec Grangé, on entre rapidement dans l’histoire et une fois dedans, impossible de la lâcher !