/weekend
Navigation

La réalité derrière l’image

Rentrer son ventre et sourire – la suite
Photo courtoisie Rentrer son ventre et sourire – la suite
Laurence Beaudoin-Masse
Les Éditions de la Bagnole
362 pages, dès 14 ans

Coup d'oeil sur cet article

Élie, alias Quinoa Forever, et Samuel Vanasse vont se marier ! Le chanteur a fait sa demande à l’influenceuse en direct sur les réseaux. Elle a accepté, même si son cœur appartient peut-être à monsieur espresso, Dave. Puis, il y a le père d’Élie dont la santé est chancelante. Et ce besoin pressant de perdre du poids. Puis de se glisser parmi le top 3 des youtubeuses. Derrière tout ça, Élie cherche comment s’écouter, réellement s’écouter.

Image corporelle. Rivalité féminine. Trahison. Deuil. Manipulation amoureuse. Réseaux sociaux. Mensonge. Acceptation. Voilà les grands thèmes abordés dans cette suite attendue du succès Rentrer son ventre et sourire. Il pourrait également très bien s’agir du cheminement émotionnel nécessaire d’Élie, le personnage principal...

La culture du faux

C’est une Élie davantage troublée qu’on retrouve. Pourtant, à la fin du premier volet, on avait le sentiment qu’elle était plus légère, qu’elle avait choisi de se laisser porter par un nuage de pur bonheur amoureux et aventurier ! Cependant, la réalité rattrape rapidement la jeune influenceuse, alors qu’elle doit se pardonner de ne pas aimer son corps, tout en pardonnant à son père, gravement malade, de lui avoir appris à ne pas aimer son corps. 

Il est d’ailleurs très touchant et poignant de plonger plus en profondeur dans leur relation père-fille. Ça apporte une dimension émotionnelle plus vibrante... Puis, Élie en vient à adopter, malgré elle, la culture du faux : retoucher ses photos avant de les publier, se taire et parfois feindre ses émotions pour avoir plus de « like », etc. En apparence, elle a tout pour être heureuse. Mais si le bonheur était d’apprendre à s’aimer soi-même plutôt qu’à chercher à plaire aux autres ?

Touchante, drôle, surprenante, grinçante, vraie ; la conclusion de Rentrer son ventre et sourire est brillante. Ne serait-ce que pour ouvrir la porte à une discussion essentielle sur l’image corporelle. Ah oui : quelques moments enrageants – mais savoureux – sont à prévoir pour ceux et celles qui se sont déjà fait amoureusement ensorceler, pour finir par se faire piétiner le cœur !

À LIRE AUSSI 

L’histoire sur mon visage

Leanne Baugh<br/>
Éditions Hurtubise<br/>
344 pages, dès 13 ans
Photo courtoisie
Leanne Baugh
Éditions Hurtubise
344 pages, dès 13 ans

Abby, 17 ans, est une grande amatrice de randonnée et d’escalade. Un jour, tout le bonheur que l’adolescente ressent en nature se transforme en détresse... Lors d’une randonnée dans les montagnes Rocheuses, Abby se fait attaquer par un grizzly. Une femelle qui a voulu protéger ses deux oursons. Son corps, spécialement son visage, conservera à jamais les cicatrices de cette attaque, mais c’est surtout son cœur qui saigne : depuis son retour à l’école, elle subit de l’intimidation de ceux qui étaient auparavant ses amis. Une histoire bouleversante qui donne parfois le goût de pleurer, mais, à la fois, de se relever et de vivre. Vivre à fond.

Derrière l’éclat de ton sourire

Sophie Gagnon-Roberge<br/>
Les Éditions Héritage<br/>
(collection Unik)<br/>
122 pages, dès 12 ans
Photo courtoisie
Sophie Gagnon-Roberge
Les Éditions Héritage
(collection Unik)
122 pages, dès 12 ans

Alors qu’elle quitte pour un voyage scolaire de l’autre côté de l’océan, elle dit au revoir à son frère, à l’aéroport, ne se doutant pas que c’est la dernière fois qu’elle le voit. C’est sous forme de phrases fragmentées, de souvenirs racontés et de questions posées qui demeureront à jamais sans réponse que l’auteure présente son autofiction. Une courte œuvre poétique, à sa façon, et chargée d’émotions, qui raconte le suicide de son frère. Les propres mots de celui-ci y sont d’ailleurs retranscrits par morceaux. Triste, mais aussi lumineuse, douce, mais aussi violente, cette œuvre sur le suicide est surtout belle. Et très importante.

Papier bulle

Simon Boulerice<br/>
Illustrations d’Ève Patenaude<br/>
Éditions XYZ<br/>
88 pages, dès 11 ans
Photo courtoisie
Simon Boulerice
Illustrations d’Ève Patenaude
Éditions XYZ
88 pages, dès 11 ans

Hortense est hémophile. La moindre blessure peut rapidement se transformer en catastrophe, car elle saigne abondamment. D’ailleurs, le jour où Hortense a perdu sa première dent, son père s’est évanoui, à la vue de tout ce sang ! Ainsi, ses parents en viennent à la surprotéger. Hortense est convaincue que s’ils pouvaient l’envelopper dans du papier bulle, ils le feraient. Cependant, la jeune fille refuse de s’empêcher de vivre avec toute l’intensité qu’elle désire. Sa maladie ne définira jamais sa personnalité ! Un album aux illustrations incroyablement superbes, qui renferme une histoire tout aussi sublime sur le rapport à l’exclusion et à la différence. Wow, wow et franchement wow ! 

Happy End T.1 : La grande panne

Olivier Jouvray<br/>
illustrations de Benjamin Jurdic<br/>
Le Lombard<br/>
64 pages, dès 12 ans
Photo courtoisie
Olivier Jouvray
illustrations de Benjamin Jurdic
Le Lombard
64 pages, dès 12 ans

Mollie, 14 ans, décide de faire une capsule temporelle. Quand elle aura terminé de l’enregistrer, elle prévoit l’enterrer dans le jardin, derrière sa maison, afin que les générations futures puissent la visionner si, et seulement si, l’humanité survit à la fin du monde. Car la fin du monde, Mollie y croit, même si sa famille ne la prend pas au sérieux. Un matin, les réserves de pétrole sont à sec, les épiceries se vident ; bref, c’est la panique ! Chacun a sa façon de réagir à la fin du monde et c’est ce qu’explore cette bande dessinée pleine d’action et divertissante à souhait.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.