/news/coronavirus
Navigation

Les États-Unis lèvent les restrictions aux voyages internationaux

Coup d'oeil sur cet article

Les États-Unis lèveront, le 1er novembre, pour les personnes vaccinées, les restrictions en place depuis mars 2020 sur les voyages internationaux, et dont le maintien agaçait nombre de leurs partenaires, Européens en tête. 

• À lire aussi: Retour en présentiel encore reporté dans la fonction publique

• À lire aussi: Passeport sanitaire obligatoire pour accéder au Vatican à partir d’octobre

• À lire aussi: COVID-19: confinement prolongé d’Auckland, plus grande ville de Nouvelle-Zélande

En dix-huit mois, le «travel ban» a causé d’innombrables situations personnelles et familiales douloureuses.

En plus de présenter une preuve de vaccination contre la COVID-19, les voyageurs devront se faire tester dans les trois jours précédant leur voyage vers les États-Unis et porter un masque, a indiqué le coordinateur de la lutte contre la pandémie à la Maison-Blanche, Jeff Zients.

La levée des restrictions concernera les personnes immunisées avec les vaccins reconnus par l’agence américaine du médicament, la FDA, soit ceux de Pfizer/BioNTech, Moderna et Johnson&Johnson (Janssen).

Elle devrait aussi englober les millions d’Européens et de Britanniques vaccinés avec le sérum AstraZeneca, selon le commissaire européen Thierry Breton, chargé de coordonner l’approvisionnement de l’Union européenne en vaccins anti-COVID-19.

Dans sa présentation, la Maison-Blanche est restée évasive sur la liste des vaccins, renvoyant cette décision aux autorités sanitaires.

Jeff Zients «m’a dit que pour les autres vaccins, pour AstraZeneca notamment, c’est leur agence de santé qui allait décider, mais il avait l’air d’être positif et optimiste», a toutefois déclaré M. Breton à l’AFP.

«Dictée par la science»

La Commission européenne a aussitôt salué l’annonce américaine, «une mesure attendue depuis longtemps par les familles et les amis séparés» et «une bonne nouvelle pour les entreprises».

Le groupe franco-néerlandais Air France-KLM a jugé cette nouvelle «formidable», alors que les vols transatlantiques représentent une part substantielle de ses revenus. Avant la pandémie, il réalisait 40% de son chiffre d’affaires sur ces liaisons.

Les fédérations du secteur aérien, Airlines for Europe et Airlines for America, ont aussi «applaudi» l’annonce.

Pour la Chambre de commerce américaine, cette mesure «contribuera à favoriser une reprise robuste et durable de l’économie américaine».

L’annonce arrive, en tout cas, à point nommé dans un contexte de grande tension entre la France et les États-Unis dans une affaire de vente de sous-marins, mais Jeff Zients, sans se prononcer sur une éventuelle visée diplomatique, a insisté sur le fait que la décision elle-même était «dictée par la science».

Thierry Breton a souligné, de son côté, que les Américains avaient été sensibles au fait que cette interdiction de voyage n’avait plus «aucun sens».

L’Europe est «le premier continent du monde, non seulement en matière de production de vaccins, en matière d’export [...], mais aussi en ce qui concerne le nombre de personnes (entièrement) vaccinées», a-t-il argué.

Washington lève des restrictions qui concernaient, depuis mars 2020, les voyageurs en provenance notamment de l’Union européenne, du Royaume-Uni ou de Chine, puis s’appliquant plus tard à l’Inde ou au Brésil.

Vingt mois

La Maison-Blanche a voulu mettre en place un système global cohérent basé sur «les individus» et non sur des différences de traitement selon les pays de provenance, a expliqué M. Zients.

Alors que le président Donald Trump avait au départ fermé les frontières pour trente jours, les restrictions auront donc duré au total quelque vingt mois.

Au grand dam en particulier des pays européens, ayant rouvert leurs frontières aux Américains vaccinés sans réciprocité.

L’Allemagne et le Royaume-Uni ont loué la décision américaine lundi.

«Une excellente nouvelle – pour les investissements allemands et européens, nos exportations et l’ensemble de la relation transatlantique», a affirmé, sur Twitter, Olaf Scholz, vice-chancelier allemand et ministre des Finances.

«C’est important pour notre reprise économique, nos familles et nos échanges commerciaux», s’est félicitée la cheffe de la diplomatie britannique Liz Truss sur Twitter.

Jeff Zients a par ailleurs annoncé des obligations de tests plus stricts pour les Américains non vaccinés qui reviendraient aux États-Unis après un séjour à l’étranger.

La Maison-Blanche a durci le ton ces dernières semaines face aux résistances contre la vaccination dans le pays et multiplié les annonces pour l’imposer là où les autorités fédérales en ont le moyen, ou au moins pour y inciter fortement.

Elle n’a toutefois pas, pour l’instant, pris l’une des décisions les plus drastiques en son pouvoir: imposer la vaccination sur les vols domestiques aux États-Unis.

La levée des restrictions annoncée lundi ne s’applique par ailleurs pas aux frontières terrestres des États-Unis avec le Canada et le Mexique, toujours fermées aux voyages «non-essentiels», sauf pour les citoyens américains.

Ces restrictions seront en vigueur au moins jusqu’au 21 octobre, a indiqué Jeff Zients.

À VOIR AUSSI       

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres