/news/elections
Navigation

Thérèse-De Blainville: La bloquiste Louise Chabot se dit certaine de remporter la victoire

Thérèse-De Blainville: La bloquiste Louise Chabot se dit certaine de remporter la victoire
Stéphane Sinclair / AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

La députée bloquiste sortante de la circonscription de Thérèse-De Blainville, dans les Basses-Laurentides, Louise Chabot, était en avance en toute fin de soirée, lundi, sur son principal rival, le libéral Ramez Ayoub.

• À lire aussi: Des bureaux de vote fermés à l’ouverture dans le grand Montréal

Peu après minuit, alors que 150 bureaux de vote sur 224 avaient été dépouillés, Mme Chabot menait avec 11 821 voix contre 10 465 pour M. Ayoub.

«Je suis confiante, certaine de gagner. C'est beaucoup grâce à mon équipe qui a travaillé fort pendant la campagne», a lancé Mme Chabot à l'Agence QMI, à 23 h 30.

La soirée avait mal commencé dans la circonscription alors que deux bureaux de vote étaient congestionnés. Les électeurs avaient d'énormes difficultés à se rendre sur place.

La Régie de police de Thérèse-De Blainville a dû intervenir toute la soirée pour faciliter la circulation des 22 000 citoyens qui ont dû se rendre au Centre équestre de Blainville pour voter. De nombreux citoyens ont dénoncé l’organisation du vote.

«Les gens sont en colère. Il est impossible de se rendre au bureau de vote en voiture. Il faut vraiment avoir envie de voter. Nous y sommes allés à deux reprises. Nous sommes à trois kilomètres et cela nous a pris 45 minutes. On a vu des dizaines de voitures rebrousser chemin», explique Pascal Dubé-Lamoureux, un résident de Blainville.

Selon M. Dubé-Lamoureux, Élections Canada a raté son coup dans Blainville.

Caroline Labelle, la responsable des communications de Mme Chabot, estime à près de 35 000 le nombre de personnes qui devaient converger sur deux bureaux de vote dans le secteur, l’un au centre communautaire de Blainville et l’autre au Centre équestre de Blainville.

Sam Saint-Vincent, directeur de campagne de Ramez Ayoub, le candidat libéral, était lui aussi au courant de la situation. «C’est certain qu’avec la pandémie, il y a moins de bureaux de vote. On doit vivre avec ça», a-t-il dit.