/news/politics
Navigation

Programme Écocamionnage: il faut des clauses d’achat local, selon le PQ

La députée péquiste et critique en matière d'économie, Méganne Perry Melançon.
Photo d'archives La députée péquiste et critique en matière d'économie, Méganne Perry Melançon.

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti Québécois demande au gouvernement Legault de mettre «à niveau» son programme d’aide financière pour l’électrification des camions en y ajoutant des clauses d’achat local. Une formule qui éviterait que des fonds publics aboutissent dans les poches de compagnies étrangères qui n’ont même pas une usine de production en sol québécois. 

• À lire aussi: Hydro alimentera la ville de New York

Lundi, Le Journal écrivait que le géant de l’alimentation Loblaw songeait à utiliser les programmes de soutien financier québécois pour électrifier sa flotte de 265 camions. Ces derniers jours, la société s’est inscrite au Registre des lobbyistes pour discuter avec le ministère des Transports du Québec (MTQ). 

Jusqu’à présent, Loblaw a commandé auprès de manufacturiers étrangers ses nouveaux camions électriques, soit chez Freightliner (Daimler) et Tesla. 

La direction a confirmé au Journal avoir eu des pourparlers avec l’entreprise québécoise Lion Électrique, dont les produits n’ont pas été retenus. 

Selon les critères de la première mouture du programme Écocamionnage du gouvernement du Québec, la société ontarienne Loblaw aurait pu recevoir d’importantes sommes de l’État pour appuyer son projet d’électrification et commander ses véhicules chez un manufacturier étranger.  

«Il va de soi que le programme d'aide Écocamionnage devrait être mis à niveau. Plusieurs nouvelles entreprises d'ici pourraient bénéficier d'un impératif d'achat local», a indiqué dans un courriel la députée péquiste et critique en matière d'économie, Méganne Perry Melançon. 

Cette dernière estime que Québec a les moyens pour devenir «un véritable chef de file en matière d'électrification des transports». 

«Maximiser les retombées»

De son côté, le gouvernement ne ferme pas la porte à insérer une clause concernant l’achat local dans son prochain programme Écocamionnage qui est prévu dans le Plan pour une économie verte (PEV 2030).  

«Dans l’objectif de maximiser les retombées économiques au Québec, le ministère demeure à l’affût de la capacité de production au Québec dans l’analyse de ces types de clauses ou obligations», a souligné le porte-parole au MTQ, Nicolas Vigneault 

Ces derniers mois, le gouvernement Legault a été accusé d’avoir créé un quasi-monopole pour Lion après avoir bonifié un programme de subvention de 250 millions $ pour les autobus électriques. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.