/finance/business
Navigation

Un marché de 300 M$ à conquérir

Une petite entreprise de Longueuil, Exprolink, se convertit à l’énergie verte pour ses voiturettes-aspirateurs

ARG-
Photo Agence QMI, Thierry Laforce Jean Bourgeois et Louis-Martin Durand d’Exprolink, qui s’associe avec Zero Motorcycle, espèrent percer un marché de plusieurs centaines de millions $ ces prochains mois.

Coup d'oeil sur cet article

Un fabricant québécois de voiturettes-aspirateurs délaisse le diesel pour s’attaquer au marché de 300 M$ des électriques en s’associant au californien Zero Motorcycles pour ses batteries.

« On s’attend à ce que plus de la moitié de nos revenus dans 24 mois vienne de l’électrique. Sur un horizon de cinq à dix ans, on sera exclusivement électrique », explique au Journal Jean Bourgeois, président d’Exprolink.  

  • Écoutez la chronique économique d'Yves Daoust, directeur de la section Argent du journal de Montréal et du Journal de Québec, sur QUB radio:

Fondée il y a 11 ans, Exprolink a fait l’acquisition de la gamme de produits d’aspirateurs Madvac un an plus tard avec ses six employés. Aujourd’hui, la PME en compte plus de 35 et s’apprête à ouvrir trois bureaux aux États-Unis.

« C’est Madvac, à Montréal, qui a inventé la voiturette-aspirateur, un peu comme Kleenex a inventé le papier-mouchoir », image Jean Bourgeois, à la tête de la PME qui a son siège social et son usine à Longueuil.

Dubaï, Montréal, New York, San Francisco, Singapour, Toronto et Washington DC... les voiturettes d’Exprolink nettoient déjà les rues des grandes villes aux quatre coins du globe. 

Plus de 80 % de ses véhicules-outils de nettoyage sont exportés à l’extérieur du Québec et du Canada. 

Trottoirs, ruelles, pistes cyclables, parcs, abris d’autobus, stationnements... chaque machine avec un opérateur à son bord est l’équivalent de six travailleurs avec leur porte-poussière, poursuit Jean Bourgeois.

Tesla des motos

Pour le fabricant nord-américain de ces voiturettes qui font partie de ce l’on appelle des petits véhicules électriques vocationnels (VEV), l’appétit pour l’électrique est palpable chez ses clients qui veulent miser sur l’énergie propre.

Il y a trois ans, Exprolink a électrifié son modèle le plus populaire de voiturette-aspirateur, mais la technologie n’était pas satisfaisante. Il fallait trouver mieux.

Après une étude avec le Centre des technologies avancées (CTA) de Sherbrooke, Exprolink a trouvé son groupe motopropulseur aux États-Unis.

« On s’est arrêté sur Zero Motorcycle. C’est un peu la Tesla des motos. Ça fait 15 ans qu’ils livrent des motos électriques », poursuit l’homme d’affaires.

Zero Motorcycles a son siège social à Scotts Valley, en Californie. La jeune entreprise a mis au point une moto électrique.

Or, comme sur une moto, la voiturette-aspirateur ne loge pas beaucoup. Elle doit avoir une batterie assez petite pour être performante, sans pour autant prendre trop de place sur le véhicule.

C’est exactement ce qu’il fallait pour Jean Bourgeois.

« On met deux batteries pour aller chercher une autonomie, qui excède huit heures de travail », explique-t-il avec fierté.

Au diesel, la voiturette coûtait 60 000 $, mais le même modèle électrique verra son prix gonfler de 30 000 $ à 90 000 $.

Avantageux après 4 ans

Cela dit, comme pour les voitures électriques, au fil des ans le jeu du retour sur l’investissement en vaudra la chandelle.

« On évalue que le retour sur investissement vient après quatre ans. Ce sont des véhicules qui roulent huit ans en général », souligne l’entrepreneur.

« Les quatre premières années, on paye “la prime électrique”, mais après les quatre dernières années, c’est l’économie de tous les frais associés au diesel », conclut-il.


Au Québec, plus de 620 entreprises manufacturières sont actives dans le secteur des équipements de transport terrestre, dont plus de 58 dans la filière des véhicules électriques, selon le ministère de l’Économie et de l’Innovation (MEI). 

Exprolink   

  • Siège social et usine : Longueuil  
  • Fondation : 2010  
  • Employés : 35  
  • Actionnaires : Jean Bourgeois, Louis-Martin Durand et le Fonds de solidarité FTQ    

Source : Exprolink

À VOIR AUSSI