/news/elections
Navigation

Élections fédérales : les Québécois n’ont pas écouté Legault, note PSPP

Quebec
Photo d'archives, Stevens LeBlanc Le chef du Parti québécois (PQ), Paul St-Pierre Plamondon

Coup d'oeil sur cet article

Le premier ministre, François Legault, a perdu son pari, lui qui avait exprimé sa préférence pour un gouvernement conservateur minoritaire, estiment les partis d’opposition.

• À lire aussi: Le Québec dans une position inconfortable

• À lire aussi: Tous les détails de l’élection fédérale : «je suis prêt à poursuivre le travail» - Justin Trudeau

• À lire aussi: Le maire de Saint-Georges soulagé de la défaite de Bernier

• À lire aussi: Erin O’Toole veut rassembler les Canadiens

Au lendemain d’une élection sous le signe du statu quo et de la réélection de Justin Trudeau à la tête d’un gouvernement libéral minoritaire, les partis d’oppositions à Québec ont souligné la position de faiblesse dans laquelle s’est placée, selon eux, le chef caquiste.

«Le grand perdant de cette élection, c’est François Legault [et] dans cette défaite, il a entraîné tous les Québécois», a affirmé la cheffe du Parti libéral du Québec, Dominique Anglade. 

  • Écoutez l'entrevue avec Paul St-Pierre Plamondon sur QUB Radio:  

Selon elle, les relations s’annoncent plus difficiles entre Québec et Ottawa dans les mois à venir.

Le premier ministre du Québec a félicité sur Twitter son homologue fédéral, Justin Trudeau, réélu pour une deuxième fois à la tête d’un gouvernement minoritaire lundi soir.

Durant la campagne, il avait pourtant attaqué avec une rare vigueur le programme du Parti libéral du Canada, sans épargner les néo-démocrates de Jagmeet Singh et les verts d’Annamie Paul.

Pour le chef parlementaire de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, François Legault s’est ainsi «mis les pieds dans les plats».

«François Legault avait fait un choix. Il avait choisi le parti conservateur avec tout ce que ça représente comme valeurs», a-t-il lancé.

L’appel du premier ministre à bloquer le chemin au Parti libéral du Canada et les autres partis «centralisateurs» est resté lettre morte, analyse pour sa part le chef péquiste, Paul St-Pierre Plamondon.

Tel un «boomerang qui se retourne à notre visage», le chef caquiste a ainsi placé le Québec dans un «cul-de-sac», a-t-il ajouté en point de presse à l’Assemblée nationale.

«Malheureusement, le premier ministre a lié tous les Québécois dans cette décision», a affirmé Paul St-Pierre Plamondon.

Le chef péquiste a pris le temps de féliciter le Bloc québécois (BQ) et son chef, Yves-François Blanchet, pour leurs résultats.

Mardi matin, le Bloc avait fait réélire 32 députés et menait toujours dans deux circonscriptions, ce qui équivaudrait à une récolte de deux sièges de plus qu’en 2019 pour le parti indépendantiste.

À voir aussi