/news/elections
Navigation

Erin O’Toole veut rassembler les Canadiens

Coup d'oeil sur cet article

Même s’il n’a pas remporté son pari de prendre le pouvoir à Ottawa, Erin O'Toole demeure convaincu que le Parti conservateur du Canada (PCC) «va battre les libéraux».

• À lire aussi: Fédérales 2021: de retour à la case départ

• À lire aussi: Le Canada est aussi divisé qu’avant

• À lire aussi: «On a envie de dire tout ça pour ça», lance Blanchet

C’est à tout le moins ce que le chef conservateur a soutenu dans son discours de fin de soirée électorale dans la nuit de lundi à mardi.

«Ce soir, les Canadiens n’ont pas donné à Justin Trudeau le mandat majoritaire qu’il souhaitait. En fait, les Canadiens lui ont renvoyé un gouvernement minoritaire au coût de 600M$, avec des divisions qui se sont creusées dans notre pays», a lancé M. O'Toole.

En ce sens, il a invité les Canadiens à se joindre au PCC.

«Malheureusement, cette élection n’a fait qu’empirer les choses, mais je suis ici ce soir encore plus déterminé envers ce merveilleux pays», a déclaré le chef conservateur à propos de la réélection d’un gouvernement libéral.

«Votre mouvement conservateur en est un qui amène le Canada vers le haut, alors construisons-le. Au cours des mois qui arrivent [...], nous devons continuer cette aventure pour convaincre plus de Canadiens à avoir un autre regard sur notre parti», a-t-il poursuivi lors de son discours de soirée électorale à Oshawa, en Ontario. 

  • Écoutez l'entrevue de Philippe-Vincent Foisy avec Pierre Paul-Hus, député du Parti conservateur dans la circonscription Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, sur QUB radio:   

Erin O’Toole en a profité pour mettre l'accent sur le virage politique qui s’exerce au sein de son parti, rappelant au passage que «de plus beaux jours sont à l’horizon».

«Nous pratiquons un conservatisme qui n’est pas celui du passé, mais qui apprend de ce dernier pour sécuriser l’avenir», a-t-il indiqué.

Il a par ailleurs félicité le chef libéral, Justin Trudeau, pour sa victoire, tout en lui indiquant qu’il sera prêt à l’affronter si le premier ministre élu décide de déclencher une autre élection dans 18 mois, comme il l’avait indiqué lors du Face-à-Face de TVA.

M. O'Toole a aussi souligné le fait que son parti a récolté plus de votes au total que les autres formations politiques.

«On est le parti fondateur de ce pays et le parti de son avenir. Le Parti conservateur va battre les libéraux, mais seulement s’il continue de grandir», a-t-il mentionné.

Erin O'Toole dit vouloir continuer à travailler pour gagner la confiance des Canadiens.

Les conservateurs n’ont pas encore connu une grande percée comme celle qui était espérée au Québec, province où le parti d’Erin O'Toole avait rapidement promis un «contrat» pour le respect des demandes du premier ministre François Legault et des compétences provinciales.

Ils ont toutefois réussi à conserver certains sièges conservateurs dans la Belle Province, notamment avec la réélection de Pierre Paul-Hus, dans Charlesbourg—Haute-Saint-Charles, et celle de Gérard Deltell, dans Louis-Saint-Laurent.

Sans grande surprise, le Parti conservateur a connu une vague bleue en Alberta et en Saskatchewan, où presque toutes les circonscriptions ont été confirmées, ainsi que dans une partie du Manitoba et de la Colombie-Britannique.

 

– Avec l'Agence QMI

À voir aussi