/news/elections
Navigation

Hochelaga : Les libéraux conservent la circonscription

Hochelaga : Les libéraux conservent la circonscription
MARIO BEAUREGARD/AGENCE QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le Parti libéral du Canada a tenu le fort dans Hochelaga, avec la réélection de sa candidate Soraya Martinez Ferrada.

• À lire aussi: «Je suis prêt à poursuivre le travail» - Justin Trudeau

«On a travaillé fort avec l’ensemble des gens à Hochelaga, on est très contents», a affirmé au Journal, Mme Martinez Ferrada, alors que ses partisans célébraient la victoire à l’extérieur des locaux électoraux de la rue Sherbrooke.

À minuit 15, avec un peu plus de 145 bureaux de scrutin sur 223 dépouillés, les libéraux sortaient gagnants avec 37,7% des votes. Il s’agit d’une seconde victoire en deux ans pour la candidate dans cette circonscription où la lutte était chaudement disputée. 

«Je travaille pour être utile [à Hochelaga]», a ajouté la députée pendant que les klaxons se faisaient entendre avec les cris de joie.

Le Bloc en était quant à lui à 30% des voix. Dans le bar où ses partisans s’étaient réunis, l’ambiance festive a laissé place à la déception, d’autant plus que les bénévoles du parti avaient travaillé d’arrache-pied dans les dernières semaines pour ravir cette circonscription.

Tantôt Bloc, tantôt NPD ou Parti libéral, Hochelaga a changé de couleur trois fois en dix ans. C’est peut-être pour cela, entre autres, que les candidats ont passé la journée à faire une tournée des bureaux de scrutin. Et comme dans de nombreuses circonscriptions, de longues files d’attente attendaient les électeurs de plusieurs bureaux de vote, mesures sanitaires obligent.

Élection revanche

Il s’agissait d’une élection revanche pour Simon Marchand [Bloc] et Catheryn Roy-Goyette [NPD] qui étaient tous deux candidats dans Hochelaga lors des élections fédérales de 2019.

C’est que le résultat d’il y a deux ans avait été excessivement serré dans cette circonscription, le Bloc ayant été défait par seulement 328 voix contre les libéraux, qui avaient recueilli 34% des suffrages. 

Le NPD avait quant à lui obtenu 21,6% des voix, loin devant le Parti vert (4,9%) et le Parti conservateur (4,5%). Ces derniers ont tenté d’arracher les votes de travailleurs à coup de promesses prosyndicales en protégeant leurs pensions contre des hauts dirigeants tentés de piger dans leur régime de retraite en cas de faillite ou de restructuration.

Crises du logement et du climat

Les partis politiques ont toutefois misé sur deux enjeux majeurs pour cette partie de l’île de Montréal, soit la crise du logement et celle climatique.

Car face à l’embourgeoisement d’HOMA, les loyers ne cessent de monter alors que près du tiers des électeurs sont en situation de faible revenu.

«L’accès au logement abordable est une priorité pour nous», a assuré lors de la campagne la députée sortante, Soraya Martinez Ferrada.

L’autre enjeu concerne un vaste projet de terminal de transbordement en bordure du port. Tant les citoyens que la Ville et les candidats s’y opposent, bien que les candidats fédéraux ne soient pas d’accord sur les démarches à entreprendre pour éviter un autre gigantesque îlot de chaleur dans ce secteur.

Outre les cinq principaux partis politiques, les électeurs avaient également l’option de voter pour le Parti populaire du Canada, le Parti marxiste-léniniste, le Parti communiste ou encore le Parti Rhinocéros.

À VOIR AUSSI