/finance
Navigation

Ligne de transport électrique: les Mohawks partenaires

GEN-HYDRO-QUEBEC
Photo d'archives, Agence QMI

Coup d'oeil sur cet article

Le Conseil des Mohawks de Kahnawà:ke, sur la Rive-Sud de Montréal, sera copropriétaire de la lL de 60 km à construire au Québec jusqu’à la frontière américaine, dans le cadre du projet d’approvisionnement en électricité de New York par Hydro-Québec. 

• À lire aussi: Hydro alimentera la ville de New York

« Il s’agit d’une réalisation historique pour Kahnawà:ke et d’un grand pas en avant dans la relation avec Hydro-Québec [...]» , a déclaré par communiqué lundi la grande cheffe Kahsennenhawe Sky-Deer.

Passée largement inaperçue lors de son annonce le 14 juin dernier, l’entente entre les Mohawks et Hydro-Québec prévoyait qu’advenant l’obtention du contrat de l’État de New York, les résidents de Kahnawake soutiendraient la construction de la ligne de transport et en deviendraient copropriétaires, leur assurant du coup « diverses retombées économiques pour une période de 40 ans ».

Des terres traditionnelles

En entrevue lundi, Hydro a refusé de préciser la part que le Conseil des Mohawks de Kahnawà:ke détiendra dans cette ligne de transport souterraine à construire et les sommes que ce dernier pourrait tirer de cette entente, estimant que ces informations relevaient de leur partenaire.

Selon nos informations, la part détenue par la communauté mohawk dans cette ligne avoisinerait les 10 % à 20 %. Mais, le Conseil des Mohawks n’ayant pas donné suite à nos demandes d’entretien, il a été impossible d’en obtenir la confirmation.

Le porte-parole d’Hydro, Serge Abergel, a indiqué en fin de journée lundi que « la totalité de la ligne » de 60 km entre le poste d’Hertel, à La Prairie, et la frontière canado-américaine traverse « les terres traditionnelles des Mohawks ». M. Abergel a toutefois précisé que l’entente en question ne devait pas pour autant être vue comme une entente de compensation, visant à obtenir un droit de passage par exemple, mais bien davantage comme « un partenariat d’affaires », où les risques et bénéfices sont partagés.