/sports/soccer
Navigation

Un vent de fraîcheur souffle sur le sport-études

Nabil Haned sera le nouveau responsable du programme de soccer à Cardinal-Roy

Nabil Haned
Photo courtoisie Entraîneur comptant le plus d’ancienneté au sein du programme, Nabil Haned est le nouveau responsable du sport-études soccer de l’école secondaire Cardinal-Roy. « Je connais bien la maison et je suis bien placé pour assurer la transition. »

Coup d'oeil sur cet article

Un vent de fraîcheur souffle sur le programme Sport-études de soccer de l’école secondaire Cardinal-Roy.

Dans la tourmente après que des étudiants principalement de 5e secondaire et des parents eurent dénoncé le printemps dernier les méthodes d’entraînement jugées trop sévères de certains entraîneurs et leurs propos inappropriés, le programme mise sur un nouveau responsable depuis la rentrée scolaire.

Impliqué dans le coaching depuis 20 ans dans la région de Québec, Nabil Haned travaille comme adjoint avec l’équipe féminine du Rouge et Or de l’Université Laval depuis cette année et est responsable des gardiens des deux formations universitaires depuis 16 ans. Il est aussi impliqué au sein du programme sport-études depuis plusieurs années.

« On a tourné la page et c’est un nouveau départ, a imagé Haned. Tout se passe bien pour le moment et l’objectif est de gérer le bien-être physique des jeunes en cette fin de saison du circuit civil. Parce qu’il n’y a pas d’évaluation et d’exigence, tout le monde est beau et gentil et le climat est très agréable. On veut que tous les jeunes se sentent à l’aise avec nous et s’épanouissent. »

Départs

Les deux entraîneurs visés principalement par les doléances des jeunes ne travaillent plus au sein du programme sport-études. 

« Les éducateurs ont été renouvelés à 80 pour cent, indique le nouveau responsable du programme. Le travail d’embauche avait été fait par l’Association régionale de soccer, mais leurs choix sont les miens. Je connais tout le monde et nous sommes sur la même longueur d’onde. »

Bras droit pendant plusieurs années de Helder Duarte qui a perdu la vie subitement en février 2019, Haned veut s’inspirer de l’approche humaine de l’ancien responsable du programme sport-études. 

« On se ressemble beaucoup et le bien-être du jeune prime, explique-t-il, au sujet de celui qu’il qualifie de chef spirituel. Je veille au grain afin que cette philosophie soit mise de l’avant. On ne peut pas être parfait, mais l’approche humaine est au premier plan. Nous ne sommes pas à l’abri d’erreurs, mais il faut en faire le moins possible et avoir l’humilité de les reconnaître et de les corriger. »

Natif de l’Algérie, Haned estime que les différences culturelles ne sont pas une excuse pour justifier un comportement déplacé. 

« Tu dois t’adapter sinon tu frappes un mur, illustre-t-il. Je m’en souviens comme si c’était hier. En 2000 quand je m’occupais d’une équipe de filles à la polyvalente de L’Ancienne-Lorette, certaines joueuses étaient venues me voir en me disant qu’elles m’aimaient bien, mais qu’elles ne croyaient pas que ma façon de faire était la meilleure. Ayant grandi dans un milieu qui mange du soccer, je n’ai pas eu le choix de m’adapter et de changer. Certains ne réussissent pas. »

S’il veut être à l’écoute du ressenti des jeunes et offrir un environnement sain, Haned assure que les exigences seront élevées. 

« Quand tu es bienveillant, tu peux te montrer exigeant. Un jeune est prêt à tout faire pour un éducateur si ce dernier le respecte et le traite avec dignité. Parce que l’humain sera au premier plan, ça ne signifie pas que les jeunes feront ce qu’ils veulent. »