/news/elections
Navigation

Aucun impact du débat en anglais, selon Angus Reid

Coup d'oeil sur cet article

Le débat en anglais n’aurait eu aucun impact sur la campagne, à en croire Angus Reid, fondateur de la maison de sondage du même nom et dont la présidente, Shachi Kurl, a soulevé la controverse avec sa question d’ouverture à Yves-François Blanchet.

«Le Bloc au Québec a obtenu 1 387 030 voix en 2019. Aux élections de 2021, leur nombre de voix est tombé à 1 266 866. Voilà pour l'hystérie autour de la question sur la discrimination dans le débat anglais», a-t-il écrit sur Twitter, mercredi.

M. Reid a basé son analyse sur le nombre absolu de voix reçues par le parti nationaliste.

Or, l’appui pour le Bloc dans les sondages effectués avant le jour du scrutin démontre néanmoins un mouvement dans les intentions de vote au Québec, qui sont passées d’environ 27% à plus de 30% dans les jours précédant le vote.

De plus, le plus faible nombre de votes reçus s’inscrit dans une tendance globale à laquelle aucun parti n’a échappé. En 2019, les libéraux ont obtenu 6 018 728 votes, contre 5 352 916 cette année. Même son de cloche pour le Parti conservateur: 6 239 227 en 2019, contre 5 567 330 en 2021.

Le Bloc québécois a obtenu 32 sièges, soit le même nombre qu’aux élections de 2019. Il est cependant en avance dans deux autres circonscriptions où ils sont au coude-à-coude, à Trois-Rivières contre les conservateurs, et dans Brome-Missisquoi contre les libéraux.

Angus Reid avait pris la défense de la présidente de sa fondation après le raz-de-marée de commentaires qui avait déferlé sur les réseaux sociaux et dans les journaux dans les jours et les semaines suivant le débat en anglais.

La question posée à Yves-François Blanchet  

  • «Vous niez que le Québec a des problèmes de racisme. Or, vous défendez des législations comme [le projet de loi] 96 et [la loi] 21 qui marginalisent les minorités religieuses, les anglophones et les allophones. Le Québec est reconnu comme une société distincte, mais pour les gens à l'extérieur du Québec, aidez-les à comprendre pourquoi votre parti soutient ces lois discriminatoires.»