/entertainment/music
Navigation

Réquisitoire cinglant au procès du chanteur américain R. Kelly, «prédateur» sexuel

Réquisitoire cinglant au procès du chanteur américain R. Kelly, «prédateur» sexuel
AFP

Coup d'oeil sur cet article

«Mensonges, manipulation, menaces, agressions physiques»: l'accusation au procès à New York de l'ex-vedette américaine du R&B R. Kelly a dépeint mercredi le chanteur en chef d'un «système» qui lui aurait permis pendant 25 ans d'exploiter sexuellement des jeunes femmes, dont des mineures. 

• À lire aussi: R. Kelly visé par de nouvelles allégations d'agressions sexuelles

• À lire aussi: R. Kelly se voyait comme un « génie » pouvant agir dans l’impunité, accuse une victime présumée

• À lire aussi: Un ex-associé de R. Kelly affirme qu'il a soudoyé un fonctionnaire pour épouser Aaliyah alors mineure

La procureure adjointe du tribunal fédéral de Brooklyn Elizabeth Geddes a lancé son réquisitoire final contre l'ancien chanteur de 54 ans, jugé depuis le 18 août pour extorsion, exploitation sexuelle de mineure, enlèvement, corruption et travail forcé, sur une période allant de 1994 à 2018.

R. Kelly - mondialement connu pour son tube «I believe I can fly» et vainqueur en 1998 de trois Grammy Awards - est accusé d'avoir dirigé un réseau qui recrutait et préparait des jeunes filles à avoir des relations sexuelles avec lui, les enfermant dans leurs chambres d'hôtel quand il était en tournée, leur demandant de porter des vêtements amples quand elles n'étaient pas avec lui, de «garder la tête basse» et de l'appeler «papa».

Le chanteur, en détention provisoire, décrit tout au long du procès en «prédateur» sexuel, est accusé d'avoir abusé de plusieurs femmes, dont des mineures.

S'il est reconnu coupable de tous les chefs d'inculpation, il risque de dix ans à la prison à vie. R. Kelly plaide non coupable de tous les faits qui lui sont reprochés.

La procureure s'est adressée mercredi au jury - sept hommes et cinq femmes - pour leur répéter que l'accusé avait bâti un «système» sophistiqué pour approcher des jeunes filles et utilisé son entourage, gardes du corps, chauffeurs, avocats, comptables pour se protéger, notamment en usant de menaces.

L'artiste déchu du R&B, autrefois tout-puissant, «a utilisé son argent et sa notoriété pour dissimuler ses crimes», a accusé Mme Geddes, estimant que sans l'aide de son entourage, Robert Kelly «n'aurait pas pu commettre ses crimes sur près de trois décennies».

Le réquisitoire de la procureure devrait se poursuivre jeudi avant que le jury ne commence à délibérer.

R. Kelly a choisi durant le procès de garder le silence, mais ses avocats ont fait venir cinq témoins, dont un ami d'enfance, qui ont affirmé n'avoir jamais vu la manifestation des crimes dont il est accusé.

L'accusation a convoqué 45 témoins à charge, dont des femmes victimes, certaines mineures à l'époque affirmant qu'elles avaient été violées, frappées, droguées, enfermées et parfois empêchées de s'alimenter ou d'aller aux toilettes.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.