/sports/hockey/canadien
Navigation

Rôle accru pour Nick Suzuki

À 22 ans, l’attaquant portera un A sur son chandail

Coup d'oeil sur cet article

Dominique Ducharme a répété ce que Marc Bergevin a affirmé au cours de l’été : personne ne va remplacer Shea Weber à titre de capitaine du Canadien. Toutefois, il y aura des adjoints supplémentaires. 

• À lire aussi - Les séries pour le Canadien: oui ou non?

L’un d’entre eux sera Nick Suzuki. À 22 ans, l’attaquant deviendra l’un des plus jeunes joueurs de l’histoire du Tricolore à arborer ce symbole de leadership.

« C’est important d’inclure des jeunes dans notre groupe de leader. On a vu la façon dont il se comporte dans les moments importants. Il l’a démontré dans les séries l’an passé et dans celles de la saison précédente », a indiqué Ducharme en guise d’explication.

Nick Suzuki deviendra le plus jeune joueur de l’histoire du CH à porter une lettre sur le côté gauche de son chandail.
Photo Martin Chevalier
Nick Suzuki deviendra le plus jeune joueur de l’histoire du CH à porter une lettre sur le côté gauche de son chandail.

Lors de son point de presse, l’entraîneur-chef du Canadien a spécifié que Brendan Gallagher serait le seul du groupe à voir cette lettre brodée sur son chandail pour les 82 matchs du calendrier régulier. 

On ignore si le rôle d’adjoint incombera à Suzuki à Montréal ou loin du Centre Bell. On le saura probablement lorsque la direction du Canadien fera l’annonce officielle des heureux élus. 

L’empreinte de Weber

La saison dernière, Jeff Petry, Paul Byron et Corey Perry accompagnaient Gallagher dans son rôle d’adjoint au capitaine. Or Perry porte dorénavant le chandail du Lightning et Byron ratera une portion de la saison en raison d’une opération à une hanche.

« Faire partie du groupe de leaders ne changera pas qui je suis. Mener par l’exemple, donner tout ce que je peux dans les matchs et lors des entraînements. Étant un jeune joueur, je devrai choisir les moments où je dois parler », a déclaré l’Ontarien.

Weber ne sera pas en mesure de sauter sur la patinoire avec ses coéquipiers au cours de cette saison de 82 matchs. Mais son ombre planera sur l’équipe.

Photo d'archives, AFP

En faisant son acquisition en retour de P.K. Subban, Bergevin avait soutenu vouloir inculquer une certaine culture au sein de l’organisation. On dirait bien qu’il avait vu juste.

« C’est un meneur incroyable. Il affiche le même respect pour tout le monde, que ce soit les préposés à l’équipement, ses coéquipiers, les entraîneurs, les médias. J’ai appris beaucoup de lui et je vais me servir de cet apprentissage tout au long de ma carrière. »

Avec Toffoli et Caufield

Il n’y a pas que dans le rôle de meneur que Suzuki verra ses responsabilités augmentées. Le départ de Phillip Danault lui confère le rôle de centre numéro un de l’équipe. 

« Je veux tuer plus de punitions, je veux jouer contre les meilleurs trios des autres équipes. J’ai un peu d’expérience de ce côté, mais je veux qu’on puisse me faire confiance dans ce rôle, a confié Suzuki. Je veux passer à l’étape suivante dans le cercle des mises en jeu. J’ai travaillé beaucoup sur cet aspect du jeu. »

Ce n’était que la première journée du camp d’entraînement, alors ça vaut ce que ça vaut. Néanmoins, Suzuki était jumelé à Tyler Toffoli et Cole Caufield. 

« On les a réunis parce qu’ils ont une certaine cohésion, a expliqué Ducharme au terme de la séance d’entraînement. On trouve que Suzuki et Caufield ont déjà une belle chimie. Suzuki et Toffoli ont démontré la même chose. Et, ensemble, les trois ont bien fait dans les séries éliminatoires. »

« C’était plaisant de se retrouver au sein du même trio. On s’entend bien ensemble. Et pas seulement sur la patinoire. J’espère qu’on restera ensemble tout au long du camp et même pendant la saison », a mentionné Suzuki.

Drouin bouge bien

Avec des récoltes respectives de 44 et 41 points, Toffoli et Suzuki ont été les deux attaquants les plus productifs du Canadien la saison dernière. En séries éliminatoires, Caufield s’est joint à eux au sommet des meilleurs pointeurs de l’équipe. Par conséquent, les attentes risquent d’être élevées.

« On s’attend à ce que nous produisions offensivement. Je m’impose cette pression moi-même, je n’ai pas besoin de la recevoir de quelqu’un d’autre. J’ai hâte de relever ce défi cette saison », a martelé Caufield.

Parmi les autres trios qu’il sera intéressant d’avoir à l’œil au cours des prochains jours, notons celui composé de Jonathan Drouin, Christian Dvorak et Josh Anderson.

« J’ai aimé ce que j’ai vu de Jo. Il avait un bon niveau d’énergie, a analysé l’entraîneur du Canadien. Il bougeait bien. C’est quand il est comme ça qu’on voit ses habiletés sortir. Je veux qu’il continue de cette façon. » 

À VOIR AUSSI...