/finance/business
Navigation

Un vignoble autosuffisant en Estrie

Coup d'oeil sur cet article

C'est bientôt le temps des vendanges. Le Vignoble Du Ruisseau de Dunham, en Estrie, voit grand. Même si les terres sont couvertes de plus 7,5 acres de vignes, les propriétaires souhaitent bientôt agrandir leur production.

Le vignoble ne produit pas que du vin. Il fabrique aussi des spiritueux, des produits fins et des produits d'érable à l'année. Des épicuriens peuvent venir visiter le vignoble sur quatre saisons, ainsi que sa cabane à sucre.

«C’est certain que pendant le temps des couleurs, c’est très achalandé, mais on a aussi une cabane à sucre ici. À ce moment-là, on a aussi beaucoup de visiteurs», a expliqué la copropriétaire du Vignoble Du Ruisseau, Sarah Gaston, avant d’ajouter que les visiteurs se présentent tout de même à l’année, comme les portes de l’établissement sont ouvertes sept jours sur sept.

Le vin: projet central

Le vin rouge et le vin blanc restent le cœur de la production. «C’est le projet central, le projet initial», a souligné Sarah Gaston, en entrevue avec TVA Nouvelles.

Dans environ deux semaines, ce sera le temps des vendanges. Le vignoble va donc s’animer et les cuves vont se remplir. La vinification se mettra en branle pour produire du pinot noir et du chardonnay.

Le Vignoble Du Ruisseau possède de plus un brevet international. Celui-ci leur permet de contrôler la température des vignes qui ne survivraient pas dans un climat plus froid. «On a de la géothermie. On a de la tubulure à la base des vignes et à l’intérieur de la tubulure, il y a du glycol alimentaire qui circule pour réchauffer la vigne durant la saison froide», a précisé la copropriétaire du vignoble.

Une histoire de famille

Ce projet vient d’abord et avant tout d’une famille d’épicuriens. «On voulait se faire plaisir et on se dit que si on se fait plaisir en tant que consommateurs, il y en a d’autres qui vont aimer ça», a lancé Sarah Gaston.

Cette dernière est copropriétaire avec ses parents et son conjoint. Ils espèrent transmettre cette passion à leurs enfants. Dans le futur, ils souhaitent aussi devenir de plus en plus autosuffisants.

En plus de leurs vignes et de leurs entailles d’érable, ils ont un élevage de bœufs et de porcs ainsi que des potagers. Ils ne mettent pas de côté l’idée d’élever des cannes, des poules et des lapins. Sarah Gaston souligne que l’important c’est d’avancer et de devenir le plus autosuffisant possible.

«Depuis le début, l’objectif est d’offrir la terre au verre et la ferme à l’assiette», a-t-elle indiqué.