/weekend
Navigation

Aimer dans un pays où plus rien ne va

0925 WE En mode lecture
Photo courtoisie Madame Hayat
Ahmet Altan
Éditions Actes Sud
272 pages

Coup d'oeil sur cet article

Dans un pays totalitaire marqué par les dénonciations et les arrestations, un jeune homme va découvrir le bonheur d’aimer et d’être aimé... par deux femmes incroyablement différentes l’une de l’autre.

Après avoir été arrêté pour participation présumée à une tentative de coup d’État, le journaliste et écrivain turc Ahmet Altan a passé plus de quatre ans en prison. 

Quand il a écrit Madame Hayat, qui vient d’être traduit en français, il était donc toujours derrière les barreaux. Ce qui nous permet de comprendre un peu mieux pourquoi il y a glissé un petit côté dystopique, en faisant de la Turquie un pays où la police peut absolument tout enlever : liberté, travail, maison, effets personnels, comptes bancaires, tout.

Fazil, son héros et narrateur, est d’ailleurs issu d’une famille aisée qui a brutalement plongé dans la pauvreté. Du coup, pour pouvoir poursuivre ses études de lettres à l’université et payer la modeste chambre qu’il loue dans un vieil immeuble, il va devoir se dégoter un boulot.

Plus qu’hier, moins que demain

Très vite, Fazil sera ainsi engagé pour jouer les figurants dans une émission de télé. C’est là qu’il rencontrera Madame Hayat, une femme d’âge mûr tout en rondeurs, amatrice de documentaires, dont il tombera amoureux au premier regard. Elle n’est peut-être pas très jolie, mais sa joie de vivre est contagieuse. Il faut savoir qu’en turc, hayat veut dire « vie ». Et qu’au contact de cette femme pétillante et rebelle, Fazil va s’ouvrir au monde.

Mais toujours dans la même émission, il rencontrera aussi Sila. Qui sera cette fois une jolie fille de son âge, étudiant, comme lui, la littérature à l’université. Deux femmes, deux histoires d’amour et, bien sûr, Fazil devra choisir.

Un beau roman d’apprentissage.

À LIRE AUSSI CETTE SEMAINE

Les jours heureux

Adélaïde de Clermont-Tonnerre<br/>
Éditions Grasset<br/>
448 pages
Photo courtoisie
Adélaïde de Clermont-Tonnerre
Éditions Grasset
448 pages

Pas facile de grandir et de se tailler une place au soleil quand on a pour parents un tandem de superstars du cinéma européen qui a passé sa vie à s’aimer, se séparer, s’aimer, se séparer, etc. Oscar devra d’ailleurs adopter le nom de jeune fille de sa grand-mère paternelle pour y parvenir. Mais le jour où il apprendra que sa mère est gravement malade et qu’elle ne sera plus là bien longtemps, Oscar fera tout en son pouvoir pour que ses parents s’aiment à nouveau. Touchant.

L’arlequin

Sandrine Destombes<br/>
Éditions Hugo<br/>
400 pages
Photo courtoisie
Sandrine Destombes
Éditions Hugo
400 pages

Dans ce deuxième opus des enquêtes de la commissaire Maxime Tellier, plusieurs jeunes femmes vont se faire assassiner. Dans un roman policier, ce genre de chose est relativement fréquent ! Mais le problème, c’est la manière dont elles vont être éliminées : il y a une douzaine d’années, un tueur s’y est pris exactement de la même façon. Et Maxime pensait lui avoir réglé son compte...

L’Amérique du Nord en VR

Collectif<br/>
Éditions Ulysse<br/>
208 pages
Photo courtoisie
Collectif
Éditions Ulysse
208 pages

Voyager en véhicule récréatif n’a probablement jamais été aussi populaire. Parce qu’il n’y a pas de chalet à louer et, surtout, parce que ce mode de transport offre vraiment une très grande liberté. Les 50 itinéraires proposés dans cette nouvelle bible touristique en témoignent, puisqu’on pourra aussi bien rouler vers l’Arctique que traverser la Nouvelle-Écosse, la Côte-Nord ou l’île de Vancouver.

Randos bière au Québec

Bianca Pomerleau<br/>
Éditions Québec Amérique<br/>
320 pages
Photo courtoisie
Bianca Pomerleau
Éditions Québec Amérique
320 pages

Ce guide combine le meilleur de deux mondes : la rando et la bonne bière. En effet, quel que soit le parcours proposé, il dirige systématiquement nos pas vers l’une des microbrasseries des Cantons-de-l’Est, du Bas-Saint-Laurent, de la région Chaudière-Appalaches, des Laurentides, de Charlevoix ou encore, du Saguenay. Le petit plus ? Pour chaque rando, il est indiqué si les chiens peuvent ou non être de la partie.

Frissons garantis

<b>La femme au manteau bleu</b><br />
Deon Meyer<br/>
Éditions Gallimard<br/>
192 pages
Photo courtoisie
La femme au manteau bleu
Deon Meyer
Éditions Gallimard
192 pages

La femme au manteau bleu

Impossible de passer à côté d’un nouveau Deon Meyer. Mais ce coup-ci, on doit avouer avoir été un peu surpris : La femme au manteau bleu compte moins de 200 pages, ce qui est très loin des briques que l’auteur sud-africain a l’habitude de nous offrir. Pas grave, on s’est quand même jeté dedans tête baissée. Et de ce fait, on s’est tout de suite retrouvé à une soixantaine de kilomètres du Cap, sur la route spectaculaire du col de Sir Lowry.

Seul élément susceptible d’en déparer le panorama ? Le cadavre d’une Blanche entièrement nettoyé à l’eau de Javel qui repose sur un muret de pierre, et qui ne tardera pas à être découvert par les occupantes d’un minibus.

Sombre tableau

Celles et ceux qui connaissent bien l’œuvre de Deon Meyer savent déjà à qui l’enquête sera confiée : oui, à ce cher capitaine Benny Griessel, qui a à nouveau complètement arrêté de boire.

Avec l’aide de son fidèle collègue Vaughn Cupido, il tentera donc de comprendre deux choses : ce qu’était venu faire cette pauvre Américaine en Afrique du Sud, et pour quelles raisons quelqu’un a absolument tenu à la tuer.

À défaut d’être l’un des meilleurs opus de la série, un polar qui se lit en ni une ni deux.