/weekend
Navigation

Death Stranding: pour les fans

DEATH STRANDING: DIRECTOR'S CUT
Photo courtoisie

Coup d'oeil sur cet article

Deux ans après sa sortie initiale, Death Stranding nous revient aujourd’hui avec un Director’s Cut plus généreux, plus vaste et plus beau... mais malheureusement pas plus excitant.

S’il y a un jeu qui a divisé les fans dans les dernières années, c’est bien Death Stranding. Certains ont rapidement crié au génie, saluant l’aspect novateur et audacieux de la plus récente création d’Hideo Kojima (Metal Gear). D’autres, en revanche, ont quant à eux abandonné l’œuvre, rebutés par ses aspects banals, la réduisant à rien de plus qu’un simple « simulateur de marche ». Ouch. 

Restaurer l’Amérique

Death Stranding nous propulse ainsi dans un monde post-apocalyptique où cohabitent désormais les morts et les vivants. Assumant le rôle de Sam Porter Bridges, le joueur doit restaurer l’Amérique déchue (rien de moins !) en rebranchant les différentes villes à un réseau central. Tout ça, en effectuant la livraison de divers colis et marchandises en route. 

Tout ceci, le jeu ne nous l’explique pas d’entrée de jeu. On le découvre petit à petit au cours des premières heures, période où on peut explorer ce monde complexe et dense, mais sans trop le comprendre. L’intrigue se dessinera ainsi lentement, au fil de longues cinématiques et des scènes particulièrement bavardes qui mettent notre patience à rude épreuve. 

Son point le plus fort ? Son réalisme, cette fois-ci rehaussé davantage grâce à un Director’s Cut dédié aux propriétaires de PlayStation 5. Une image plus éclatante, un son incroyablement précis et immersif, tout ça agrémenté du retour haptique et des gâchettes adaptatives de la nouvelle génération de console. 

Réalisme saisissant

Mais dans ce souci de réalisme – fort louable, soit dit en passant –, Death Stranding s’empêtre de technicités particulièrement embêtantes. Un exemple ? L’équilibre de notre personnage doit être maintenu à l’aide des gâchettes lors de nombreux déplacements, un des plus grands irritants de ce jeu. Ah, et il y a aussi la vessie du protagoniste qu’on doit soulager de temps à autre. 

Heureusement pour les fans, cette réédition de Death Stranding s’accompagne de nouveaux gadgets et armes mis à la disposition du protagoniste dans sa quête, cette fois-ci bonifiée de missions périphériques. Ils pourront également s’élancer sur les nouvelles pistes de course déployées à l’intérieur de ce monde fantastique.

Bref, les aficionados de Death Stranding raffoleront sûrement de ce Director’s Cut. Mais les détracteurs, eux, ne seront pas forcément convertis.   

  • Death Stranding Director’s Cut ★★★☆☆  

Disponible maintenant sur PS5.