/sports/racing
Navigation

Kennington, le trouble-fête

Le champion de la série NASCAR Pinty’s sera connu dimanche soir

S
Photo courtoisie Louis-Philippe Dumoulin ne compte que cinq points de retard aux dépens d’Alexandre Tagliani au classement cumulatif de la série NASCAR Pinty’s.

Coup d'oeil sur cet article

Au profit d’une manœuvre douteuse, mais fructueuse, comme c’est souvent le cas en NASCAR, l’Ontarien D.J. Kennington est sorti gagnant vendredi soir d’une course qui n’a pas souri aux deux plus sérieux prétendants à la course au titre en série NASCAR Pinty’s.

Classés respectivement 14e et 8e, Alex Tagliani et Louis-Philippe Dumoulin ont déploré le mauvais comportement de leur voiture pour expliquer ce résultat inattendu.

La bonne nouvelle pour le pilote trifluvien, c’est qu’il a pu accumuler des points précieux au tableau à l’aube des deux dernières courses qui seront disputées dimanche en fin de journée.

« J’ai encore éprouvé quelques ennuis avec mes freins, ce qui m’a incité à jouer de prudence. Mais je suis quand même confiant pour la suite des choses. Je sais que ma voiture est compétitive », a relaté Dumoulin dont l’écart avec le meneur a été réduit de 11 à cinq points.

Le nom de Tagliani figure toujours au sommet du classement cumulatif, mais cette 14e place est une source de préoccupation. D’autant plus qu’il ne s’était qualifié qu’à la 18e position sur les... 20 partants quelques heures plus tôt.

« Ce n’est pas normal »

À l’issue d’une mauvaise journée au bureau, le vétéran pilote, qui convoite un premier titre en série NASCAR Pinty’s, avait peine à cacher sa frustration.

« J’ai eu l’impression de conduire sur la glace toute la soirée, tellement la voiture était inconduisible », a-t-il indiqué, en entrevue au Journal

« Quand j’ai été victime d’une crevaison lente une quinzaine de tours après le départ, a-t-il renchéri, je suis rentré au puits pour changer le pneu avant droit. Or, quelle ne fut pas ma surprise de constater qu’avec une gomme pratiquement neuve, le comportement de ma voiture s’était empiré. Ce n’est pas normal. »

Pas normal de voir aussi que son coéquipier au sein de l’écurie de Scott Steckly, le jeune Treyten Lapcevich, se dirigeait vers la victoire avant d’être... poussé par le vainqueur au tout dernier virage.

Comment expliquer que deux bolides préparés par la même organisation peuvent être aussi opposés au chapitre de la performance ? 

« Je souhaite juste que des correctifs soient apportés pour les deux dernières courses, a affirmé Tagliani. Mais bon, je n’ai pas l’intention de baisser les bras. On est capable de rebondir. Cette équipe a gagné des championnats dans le passé. »

Ranger sauve les meubles

Andrew Ranger, lui, a sauvé l’honneur des représentants de la Belle Province en ralliant l’arrivée au troisième rang.

« J’ai tout tenté pour m’accrocher à Kennington et Lapcevich en fin de course, mais en vain, a souligné celui qui concède maintenant 25 points à Tagliani. La voiture était survireuse. C’est dommage, car tout allait bien dans la première portion de la course. »

Le discours de celui qui vise un quatrième championnat n’a toutefois pas changé : « J’y vais... all in. Je n’ai rien à perdre. »

C’est la première fois en huit courses cette année qu’un pilote québécois n’accède pas à la première marche du podium. 

Lapcevich, privé de sa première victoire à quelques mètres de l’arrivée, a clairement fait savoir son mécontentement à l’endroit de Kennington à sa sortie de voiture.

Parmi les autres Québécois, Kevin Lacroix s’est illustré avec une quatrième position alors qu’Alex Guénette a conclu un autre brillant parcours en terminant à la septième place. Donald Theetge, lui, a dû se contenter du 13e rang.

Quant à Marc-Antoine Camirand, un accrochage dont il n’est pas responsable, a signifié son abandon au 6e des 125 tours de la course. 

Classement cumulatif – Série NASCAR Pinty’s 2021