/sports/opinion/columnists
Navigation

L’optimisme règne

Canadien de Montréal
Photo Pierre-Paul Poulin L’attaquant Jonathan Drouin semble dans un bon état d’esprit et c’est une bonne nouvelle pour le Canadien.

Coup d'oeil sur cet article

Quand on pense aux acquisitions estivales du Canadien, on fait toujours référence à Mike Hoffman, Christian Dvorak ou David Savard. Un autre joueur qui n’était pas avec l’équipe en séries l’an dernier pourrait avoir un impact cette saison : Jonathan Drouin.

L’attaquant québécois semble bien dans sa peau et dans sa tête. J’ai adoré la façon avec laquelle Drouin et l’organisation du Canadien ont géré cette situation. Jonathan n’avait pas le choix de s’expliquer, de revenir sur les événements d’avril dernier. Autrement, ce serait devenu une distraction dans le vestiaire.

Et j’ai aimé entendre Drouin s’ouvrir comme il l’a fait dans les deux entrevues qu’il a données à TVA Sports et RDS. 

Pour lui, de réaliser et accepter ce qu’il lui est arrivé et, en plus, de le verbaliser comme il l’a fait est un énorme pas dans la bonne direction.

Je suis très optimiste pour la suite des choses dans le cas de Drouin. J’ai toujours été un grand défenseur de son jeu et je pense qu’avec la tête plus tranquille, il sera un atout pour l’équipe cette saison. 

C’est aussi ce que croit l’organisation puisque dès le premier jour du camp d’entrainement, il a été placé sur un trio en compagnie de Christian Dvorak et Josh Anderson.

BONNE HUMEUR

On a l’impression de l’extérieur que le retour de Drouin en santé a injecté une dose de bonne humeur dans l’entourage de l’équipe. Il faut aussi reconnaître que le Canadien a atteint la finale de la coupe Stanley la saison dernière et que l’optimisme règne à l’approche de la saison 2021-2022. Certes, l’équipe a perdu de gros morceaux cet été. La plus importante perte demeure sans l’ombre d’un doute le capitaine Shea Weber qui, au-delà de sa présence physique et rassurante sur la patinoire, était le leader incontesté de cette formation. On ne remplace pas comme on veut un joueur aussi respecté dans le vestiaire. Sur la patinoire, si tout le monde est au sommet de sa forme, la transition pourrait se faire sans trop de problèmes.Difficile de ne pas aimer la profondeur en attaque du Canadien cette saison. J’ai tenté de me prêter au jeu des prédictions et de composer mon alignement partant en vue du premier match de la saison. À ma grande surprise, je n’ai pas eu le choix de placer Brendan Gallagher à l’aile droite du troisième trio. On parle ici d’un joueur qui, jusqu’à tout récemment, était celui sur qui le Canadien misait pour inscrire 30 buts.

Ça veut tout dire.

DUCHARME EN CONTRÔLE

Un autre élément qui amène de la bonne humeur à Montréal est le statut maintenant clair de Dominique Ducharme derrière le banc. Les lecteurs de cette chronique savent à quel point l’étiquette « intérim » me chicotait l’an dernier. 

Maintenant, il a les coudées franches. C’est son équipe.

J’ai eu l’occasion de le croiser cet été et il est dans une forme splendide. On sent que c’est un homme soulagé et heureux du dénouement. C’est plaisant à voir, mais surtout parfaitement mérité.

EXPÉRIENCE DIFFÉRENTE

Tous ceux qui l’ont côtoyé dans son parcours dans le hockey savent à quel point c’est un entraîneur d’exception. Il a gagné le respect de l’organisation, des amateurs et, surtout, de ses joueurs. Maintenant qu’il est bien en selle, c’est à lui de mettre l’équipe à son image.

Non, il n’est peut-être pas l’entraîneur le plus expérimenté dans la LNH, mais il a gagné partout où il est passé. Ça aussi, c’est de l’expérience et il pourra s’en servir maintenant dans ses fonctions d’entraîneur-chef dans la Ligue nationale de hockey. Tout ça dans le but, espère-t-il, d’ajouter un autre gros trophée à sa collection bien remplie.

Les échos de Bergie 

LA FAUTE À KK !

Quelque part dans leur bureau, le directeur général des Sénateurs d’Ottawa Pierre Dorion et celui des Canucks de Vancouver Jim Benning ont poussé un juron bien senti en apprenant l’offre hostile faite par les Hurricanes de la Caroline à Jesperi Kotkaniemi. Pourquoi ? Parce que les Sénateurs doivent toujours s’entendre avec Brady Tkachuk et les Canucks avec Elias Pettersson et qu’avec une offre de 6,1 M$ à Kotkaniemi, les Hurricanes ont complètement déséquilibré les comparables. En regardant ça, autant
Tkachuk que Pettersson se disent qu’ils valent beaucoup plus que Kotkaniemi et ils ont parfaitement raison. Il n’y a pas que Marc Bergevin qui va en vouloir à Don Waddell !

DOMMAGE POUR QUÉBEC

Je tiens à féliciter l’organisation des Sea Dogs de Saint-Jean qui se sont vu attribuer la présentation du tournoi de la coupe Memorial en juin prochain. Je dois toutefois le reconnaître : j’ai été déçu pour la belle ville de Québec. Selon ce qu’on me dit, les Remparts avaient présenté une candidature presque sans faille et le moment aurait été bien choisi de leur permettre de célébrer le 25e anniversaire de leur renaissance en recevant le prestigieux tournoi. La Ligue canadienne de hockey a toutefois vu les choses différemment et je suis persuadé qu’ils avaient de bonnes raisons.

FLORIDE ET COLORADO

Le retour à une saison « normale » dans la LNH sera intéressant à suivre. Comme chaque année, il y aura des surprises et des déceptions. À première vue, j’ai envie de dire que les Panthers de la Floride dans l’Est et l’Avalanche du Colorado dans l’Ouest seront à surveiller. Les deux formations ont les éléments pour gagner et ont fait des acquisitions intéressantes lors de la saison morte. Évidemment, toutefois, plusieurs facteurs viendront fausser la donne, à commencer par les blessures. Personne n’en est à l’abri.