/sports/football
Navigation

Le roi Henry

FBN-SPO-TENNESSEE-TITANS-V-SEATTLE-SEAHAWKS
Photo AFP La saison dernière, Derrick Henry est devenu le huitième porteur de ballon seulement dans l’histoire à franchir le cap des 2000 verges au sol.

Coup d'oeil sur cet article

Derrick Henry n’est pas surnommé le roi Henry par hasard. Dans une ère où la valeur des porteurs de ballon est clairement à la baisse, il continue de régner en souverain devant ses sujets médusés.

Le porteur des Titans semble sorti d’une autre époque avec son imposant gabarit, son style physique et sa contribution offensive digne des années 1970 pour un joueur à cette position.

Dimanche dernier, il a anéanti presque à lui seul les Seahawks dans une victoire de 33-30. Sa ligne offensive accomplit évidemment un formidable travail devant lui, mais Henry fait partie des rares porteurs capables de débroussailler le chemin avant qu’on le fasse pour lui.

Pourtant, son équipe tirait de l’arrière 24-9 en deuxième demie. Combien de clubs auraient continué de marteler la défensive adverse avec le jeu au sol dans ce contexte ? Les Titans savent très bien que leur meilleure arme est Henry, peu importe l’allure d’un match, et ne peuvent se résoudre à abandonner la course.

Des chiffres grandioses

Dimanche, Henry est devenu le quatrième joueur dans l’histoire à amasser au moins 150 verges par la course dans 10 matchs ou plus. Les autres sont Jim Brown (13), LaDainian Tomlinson (12) et Barry Sanders (10). Comme quoi il fait partie d’une denrée rare. 

Henry a atteint le plateau des 6000 verges au sol et 50 touchés en carrière. Ce qui est le plus saisissant, c’est qu’il a mis 49 départs pour y arriver. À titre comparatif, Jim Brown a eu besoin de 76 départs pour atteindre cette étape. La plupart des plus grands porteurs de l’histoire ont eu besoin d’au moins 80 départs.

Il est important ici de parler de départs, parce qu’étrangement, ce n’est que depuis 2019 que Henry est véritablement utilisé par les Titans. 

De 2016 à 2018, il n’a été le porteur partant que pendant 16 matchs, pour une faible moyenne de 167 portées par saison. Comme s’ils ignoraient que le roi était dans leur cour...

Grande durabilité

Il faut dire que cette approche a peut-être servi la cause de Henry. À son apogée actuellement à 27 ans, il semble frais comme une rose en dépit d’une charge de travail colossale depuis 2019 avec une moyenne qui a gonflé à 341 portées par saison. 

Même s’ils alimentent la bête sans retenue, les Titans touchent du bois. À ce jour, Henry n’a raté qu’un seul match en raison d’une blessure depuis son arrivée dans la NFL. 

Il y a d’autres excellents porteurs à travers la ligue, qui sont davantage sollicités que Henry dans le jeu aérien. Christian McCaffrey est tout un joueur de football, mais il a été sur la touche 13 matchs la saison dernière et s’est de nouveau blessé jeudi soir.

Saquon Barkley est dans un moule semblable et a raté trois matchs en 2019 et 14 en 2020. 

Dalvin Cook est un autre porteur dominant, mais sa saison recrue en 2017 a été sabotée par une blessure. Il a ensuite raté cinq matchs en 2018, deux matchs en 2019 et un match en 2020. 

Le point ici n’est pas de dénigrer ces porteurs victimes de la guigne, mais de saluer le fait qu’en plus d’être productif, Henry semble incassable ! 

Un autre aspect qui fait apprécier encore plus le roi Henry est qu’il est à son meilleur plus la saison avance, contrairement à d’autres qui souffrent de l’usure. En octobre, il a accumulé à ce jour 1018 verges, contre 1445 en novembre et... 2031 en décembre ! 

Tout le monde dans le stade sait que le train Henry s’en vient, mais personne ne le fait dérailler. 

5 points à surveiller 

Brady en feu

Rien de neuf sous le soleil, Tom Brady est tout feu tout flamme ! Avec neuf passes de touché en deux matchs, le quart-arrière des Buccaneers domine ses pairs. S’il en ajoute quatre face aux Rams, une dure commande, il deviendra le troisième joueur de l’histoire à revendiquer au moins 13 passes de touché après trois matchs. Les autres sont Russell Wilson (14 l’an dernier) et Patrick Mahomes (13 en 2018).

Un autre titulaire

On a fait grand état des déboires des Browns au poste de quart-arrière avant qu’ils ne misent sur Baker Mayfield, mais les Dolphins sont dans le même bateau. Jacoby Brissett deviendra le 23e quart-arrière partant de l’équipe depuis 2000. Il s’agit du quatrième plus haut total à travers la ligue durant cette période derrière les Browns (29), les Bears (26) et Washington (24).

Les quarts courent

Signe que les temps changent, les quarts-arrière sont de plus en plus nombreux à courir dans la NFL. À ceux qui croient qu’il s’agit d’une simple perception, notez que les pivots ont accumulé jusqu’ici 1215 verges au sol cette saison, le plus haut total jamais enregistré après deux semaines d’activités.

Kelce et Gronk

Deux des meilleurs ailiers rapprochés de l’histoire continuent de faire leur marque. Travis Kelce, des Chiefs, a inscrit au moins un touché à ses six derniers matchs de saison régulière. S’il en ajoute un face aux Chargers, il ne sera plus qu’à deux du record de neuf matchs de suite établi par Antonio Gates en 2009 et 2010. Quant à Rob Gronkowski, il a enregistré deux touchés à chacun de ses deux premiers matchs et s’il refait le coup, il sera le premier ailier rapproché de l’histoire avec six touchés à ses trois premiers matchs.

Henry cruel dans le Sud

Une dernière note sur le porteur des Titans, Derrick Henry. Sachez qu’il est à son meilleur face aux rivaux de sa division Sud, comme c’est le cas aujourd’hui face aux Colts. Dans chacun de ses cinq derniers duels contre des rivaux de division, il a couru pour au moins 100 verges. À ses trois derniers, il a même gagné chaque fois plus de 175 verges. Un monstre !