/weekend
Navigation

Photos souvenirs: Benoit Gouin

Chaque semaine dans son cahier Weekend, Le Journal de Montréal vous présente des moments marquants de la carrière d’un artiste, par le biais de quelques photos souvenirs

ART-HEURE-BLEUE
Photo d’archives

Coup d'oeil sur cet article

Mike Gauvin

ART-HEURE-BLEUE
Photo d’archives

Le comédien de 31 ans (à droite) aux côtés d’Isabelle Blais, Pierre-François Legendre et Julie Le Breton, dans le film Québec-Montréal. Grâce à cette comédie, sortie en 2002, la carrière de Benoit Gouin prenait son réel envol. Le film de Ricardo Trogi est devenu mythique, le comédien se fait encore aujourd’hui aborder sur la rue par des gens qui l’appellent Mike Gauvin, le nom de son personnage.

Grosse année

ART-HEURE-BLEUE
Photo d’archives

2004. Cette année-là, le comédien était très sollicité. Voguant sur les récents succès de la série Grande Ourse et du film Québec-Montréal, il participait à quatre séries télé ; Un monde à part, La vie rêvée de Mario Jean, Fortier et Le monde de Charlotte. On pouvait aussi le voir au cinéma dans Les aimants d’Yves Pelletier et dans Mémoires affectives de Francis Leclerc.

Jouer et chanter

ART-HEURE-BLEUE
Photo d’archives

En 2006, Benoit Gouin, Catherine Sénart et Denise Filiatrault tenant fièrement dans leur main le Grand prix Juste pour rire. La metteuse en scène avait monté un succès de Broadway, la comédie musicale My fair lady, au Théâtre du Rideau vert. Le comédien avait rendu avec brio le rôle du prétentieux linguiste Henry Higgins voulant transformer la jeune fleuriste (Sénart) en femme du monde.  

Innombrables rôles

ART-HEURE-BLEUE
Photo d’archives

Un Benoit Gouin barbu, en 2005, pour les besoins de la pièce Les trois sœurs de Tchekhov. On le retrouverait aussi cette année-là dans la peau d’un flic, dans la série de Podz, Au nom de la loi, à Radio Canada. Le populaire comédien a joué dans plus de 40 séries télé et raflé un Gémeaux pour son rôle dans Grande Ourse

Plus de 50 pièces

ART-HEURE-BLEUE
Photo d’archives

Un regard perçant qui lui vaudra bien des rôles. En entrevue pour la pièce Abraham Lincoln va au théâtre, en 2008, alors que Benoit Gouin endossait sur les planches trois personnages de cette exigeante pièce de Larry Tremblay. Natif de la petite municipalité de Pointe-du-Lac (Trois-Rivières), le comédien a depuis ses débuts joué dans plus de 50 pièces de théâtre.


On retrouve Benoît Gouin dans la cinquième et dernière saison de la populaire série L’heure bleue. Il y joue l’homme d’affaires Bernard Boudrias (photo) aux côtés de Céline Bonnier. Après les tragiques épisodes de la quatrième saison, les auteurs promettent une saison plus lumineuse. Les mardis 20 h à TVA.

On verra aussi le comédien dans la deuxième année du thriller policier La faille, dans la peau de Jacques Larocque le patron de la sergente-détective Céline Trudeau (Isabel Richer). Cette dernière enquêtera sur un meurtre sordide survenu au Château Frontenac à Québec. Réalisé par Patrice Sauvé (Grande Ourse, Victor Lessard). Dès le 7 octobre sur Club illico. Une troisième saison prévue pour 2022.

Benoit Gouin interprète le rôle d’un agent immobilier, dans Le phœnix, comédie dramatique racontant le voyage de deux grandes amies, Loulou et Mumu (Guylaine Tremblay et Josée Deschênes), périple qui a pour but de jeter les cendres du mari de Loulou à la Baie-James. Réalisée par Francis Leclerc (Les beaux malaises, Nos étés). Sur Série Plus, les jeudis, 23 h.