/weekend
Navigation

Vieillir sexuellement

High angle top view of dreamy, couple in pajama, sleep, wear, sl
Photo Adobe Stock

Coup d'oeil sur cet article

Alors que le temps file et que les journées sont bien remplies, il arrive de constater, avec le temps et l’âge, que parfois les soirées et les nuits sont quant à elles moins torrides. Monotonie, routine, lassitude, les moments d’intimité érotiques ne sont peut-être plus aussi souvent au rendez-vous. Des inquiétudes ? Voici quelques questions que de nombreuses personnes se posent en avançant en âge.

1. Est-ce normal ?

Sans doute une des questions les plus fréquentes, et ce, indépendamment de l’âge ! La « normalité » en matière de sexualité est un thème qui, parfois, cause beaucoup de stress. Le droit de vivre une sexualité, une intimité qui correspond à ce que la personne est et désire, n’est certes pas chose facile pour tous. 

Natalia (prénom fictif), une femme trans de 62 ans, en témoigne : « Je suis née dans un village éloigné et là d’où je viens, les personnes trans sont [...] terrassées par la peur et le jugement. Elles n’ont pas beaucoup de pouvoir sur leur vie. Alors, imaginez-vous sur leur vie sexuelle. Et spécialement les personnes de ma génération. Ce qui fait en sorte qu’on se pose toujours la question à savoir, suis-je normale ? Normale de vouloir plus qu’un simple regard pour vivre une sexualité, normale de ne pas se sentir le droit de désirer un homme qui n’est pas le sien, normale de se questionner sur nos propres pensées sexuelles. [...] J’ai habité là les trois quarts de ma vie et je me suis mariée à une femme que je n’aimais pas, mais que j’ai appris à aimer et je lui ai fait deux enfants. Côté sexe, je ne connais de vrais orgasmes que depuis ma transition, donc moins de quatre ans. Maintenant, je revendique ce droit au plaisir. Je sais que mon histoire de vie est différente, mais moi, je me sens comme une femme normale dans la soixantaine, qui se pose de vraies questions. Je ne me demande plus si je suis normale, je sais que je le suis [...] je me demande plutôt, as-tu du fun ? Et même si j’ai peur de vieillir, j’essaie de m’aider en allant chercher du soutien pour vieillir gaiement ! »

Et si, comme Natalia, à la place de vous demander « suis-je normal.e? », vous vous demandiez plutôt « suis-je en phase avec qui je suis, ai-je du plaisir », que répondriez-vous ? Si votre « normal » correspondait davantage à votre mode de vie, vos intérêts, vos valeurs, aux droits de respect et d’intégrité, la question se poserait-elle tout de même ?

2. Mon corps va-t-il m’abandonner ?

L’âge et le vieillissement sont malheureusement encore associés étroitement à la détérioration du corps et de l’esprit. Le désir est-il moins souvent au rendez-vous ? Peut-être... mais pas nécessairement. Les érections sont-elles moins vigoureuses ? Peut-être, mais peut-être pas non plus. Vieillir en beauté et en santé, c’est possible aussi. Savoir s’entourer de professionnels compétents peut certainement contribuer à vous aider et vous fournir les outils adéquats : médecins, entraîneurs, thérapeutes, nutritionnistes... Et osez mettre votre vie sexuelle en tête de liste de vos priorités, car une vie sexuelle active pourrait aider à ralentir ce processus de vieillissement précoce !

3. Vais-je retrouver l’envie ?

Le désir sexuel ne pourra être au rendez-vous que si vous vous permettez de prendre le temps de le cultiver. Lorsque le vieillissement s’amorce, il devient de plus en plus impératif de se choisir. Cela signifie clairement qu’il pourrait être bénéfique d’apprendre à reconnaître ce qui vous fait envie, vous fait du bien et ce que vous pouvez faire pour que tout cela se réalise (en tenant compte bien sûr de vos rêves et de la vie que vous vous êtes bâtie).

Afin de faciliter l’amélioration ou le retour à un désir sexuel ou de rapprochements intimes, voici quelques questions qui méritent attention : la fatigue, les conflits conjugaux, le plaisir (dans la vie et dans le lit), l’état de santé, les conditions de vie... Car la sexualité est globale et il suffit parfois qu’un seul de ces éléments soit perturbé (même momentanément) pour qu’il incommode la libido ou le rapport à la sexualité.