/entertainment/shows
Navigation

Machine de Cirque: une nouvelle aventure lugubre et sinistre

Machine de Cirque
Photo Yves Leclerc Damien Descloux et Adèle Saint-Martin dans un extrait d’Errances – 1916 : le second brasier, présenté dans l’église désacralisée de Saint-Charles de Limoilou.

Coup d'oeil sur cet article

Mélange de fiction et de réalité, Errances – 1916 : le second brasier, la nouvelle production de Machine de Cirque, plongera les spectateurs dans une aventure déambulatoire dans des lieux inconnus et rarement visités de l’église Saint-Charles de Limoilou.

Les visiteurs, âgés de 13 ans et plus, découvriront, accompagnés par un guide, les vestiges d’un laboratoire dissimulé, d’une horrible tragédie, d’un complot obscur, d’expérimentations cauchemardesques et d’étranges présences. Un univers lugubre inspiré par un incendie qui a rasé l’église en 1916.

Errances – 1916 : le second brasier sera présenté durant neuf soirées entre le 20 et le 31 octobre, soir de l’Halloween. Il y aura 24 départs chaque soir, entre 19 h et 23 h. Machine de Cirque souhaite en faire un événement annuel à l’occasion de l’Halloween. 

Une vingtaine d’artistes de cirque et acteurs seront en vedette, du sous-sol jusqu’aux coursives, à travers cinq scènes.

Olivier Lépine et Maxime Perron, qui signent la mise en scène de ce spectacle funeste et sinistre, ont été inspirés lorsqu’ils ont visité, le printemps dernier, cette église désacralisée et occupée depuis décembre dernier par Machine de Cirque.

« On a découvert des lieux sombres et poussiéreux que l’on avait envie de faire découvrir. Ça nous a inspirés pour y faire un spectacle pour l’Halloween », a expliqué Olivier Lépine, qui a avoué avoir senti une petite frayeur, un soir, dans la noirceur des lieux.

Laboratoire secret

Un premier incendie a détruit, en 1899, l’église située sur la 8e Avenue. Le mystère demeure en ce qui concerne l’origine du deuxième incendie, survenu en 1916.

« Ça pourrait être un simple mégot de cigarette oublié. Il y a même une rumeur à l’effet qu’il pourrait s’agir d’un geste du Ku Klux Klan », a-t-il indiqué.

Son collègue Maxime Perron va un peu plus loin. 

« Une porte, impossible à ouvrir, a été découverte lors de travaux de réfection et d’excavation sur le boulevard des Capucins. Une porte menant à une salle secrète où un laboratoire souterrain aurait été aménagé à l’insu des autorités religieuses. Des expérimentations visant à produire une arme puissante auraient eu lieu dans ce laboratoire clandestin. Des armes chimiques et biologiques auraient été testées sur des itinérants et sur certains orphelins et des soldats. Les visiteurs vont découvrir cette histoire lugubre en déambulant », a-t-il raconté.

« Nous avons jonglé avec la fiction et la réalité », a précisé Olivier Lépine, interrogé sur la véracité des faits.


Les billets sont en vente sur le site web de Machine de Cirque et via la plateforme de billetterie en ligne Endorphine. Le parcours contient beaucoup d’escaliers et le site n’est pas accessible pour des personnes à mobilité réduite.