/news/society
Navigation

Décès de Joyce Echaquan : une blessure toujours vive pour ses proches

Coup d'oeil sur cet article

Un an après la mort de Joyce Echaquan, certains de ses proches craignent toujours de visiter le Centre hospitalier de Lanaudière.

• À lire aussi: L'OIIQ radie l'infirmière qui a insulté Joyce Echaquan

• À lire aussi: Décès de Joyce Echaquan : Commémoration en famille à Joliette

• À lire aussi: Joyce Echaquan: la commémoration vire à la chicane au Salon bleu

C’est notamment le cas de sa meilleure amie, Marie-Marjolaine Quitich, qui demeure méfiante vis-à-vis de l’hôpital où est décédé tragiquement Joyce Echaquan.

«Quand je pense au 28 septembre 2020, je suis tellement en colère, je suis triste aussi», a-t-elle témoigné au micro de TVA Nouvelles à Manawan.

Celle qui est enceinte de deux mois est préoccupée à l’idée de devoir se rendre au centre hospitalier où son amie a rendu l'âme, agonisante, attachée, se faisant insultée par le personnel soignant.

Un sentiment partagé par les parents de Joyce Echaquan. Son père, Michel Echaquan, a eu des problèmes de santé et s'est récemment fait amputer une jambe. Pour lui, il était tout simplement impensable de recevoir des soins à l'hôpital de Joliette.

«Je suis fière de ma fille, malgré qu'elle a donné sa vie. Je suis fière parce qu'elle a montré à tout le monde que c'est vrai que ça arrive ces choses-là», a affirmé M. Echaquan en faisant référence à la vidéo ou la patiente se filme de son lit d'hôpital.

«C'est déjà difficile de perdre un enfant. La façon dont elle est morte, c'est inimaginable. [...] Je souhaite que les Premières Nations soient soignées adéquatement», a poursuivi Diane Dubé, la mère de Joyce Echaquan.

«Joyce ne doit pas être morte pour rien»

Le conjoint de Joyce Echaquan, lui, est revenu sur les mauvaises expériences que sa femme aurait vécues à l'hôpital de Joliette.

«Elle a eu de la pression pour la stérilisation des femmes. On lui a fait avorter ses enfants de force», a dénoncé Carol Dubé.

Le père de famille de sept enfants milite pour une meilleure éducation, tant pour le personnel soignant, que la population en générale. Selon lui, c'est la seule façon de faire tomber les murs des préjugés.

«Il faut travailler ensemble, trouver des solutions [...]. Joyce ne doit pas être morte pour rien», a-t-il dit.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.