/news/coronavirus
Navigation

Une troisième dose dès la fin octobre pour les aînés en résidence

Un rappel de vaccin sera administré vers la fin octobre dans les CHSLD, RPA et les ressources intermédiaires

Coup d'oeil sur cet article

À compter de la fin octobre, près de 220 000 aînés hébergés en résidence auront droit à une troisième dose du vaccin contre la COVID-19, en même temps que celui contre l’influenza, mais pas les autres personnes âgées.

• À lire aussi: COVID-19: moins de 500 nouveaux cas au Québec

• À lire aussi: Mandat d’arrestation contre Amalega Bitondo  

  • Écoutez l'entrevue avec le Dr David Lussier, gériatre à l’Institut universitaire de gériatrie de Montréal, sur QUB radio:    

  

Cette décision donne suite à un avis produit par le Comité d’immunisation du Québec, en raison de l’augmentation du nombre d’éclosions, notamment dans les CHSLD et dans les résidences privées pour aînés (RPA).

Malgré un taux de vaccination élevé, on rapporte actuellement près de 140 cas actifs dans les CHSLD, RPA et ressources intermédiaires et de type familial (RI-RTF) de la province. 

C’est 100 cas de plus dans ces milieux qu’au début du mois, une hausse associée à la haute transmissibilité du variant Delta, combinée à une diminution de la réponse immunitaire avec le temps. 

En avant de la parade

« Ce n’est rien de dramatique, mais si on veut rester en avant de la parade, si on veut être certains qu’on n’échappe pas la situation dans nos résidences de milieux de vie, il faut poser un geste », a indiqué mardi le ministre de la Santé, Christian Dubé. 

L’opération de vaccination se déroulera directement dans ces milieux, sur place, à l’aide d’équipes mobiles, de sorte qu’aucune prise de rendez-vous ni aucun déplacement ne seront nécessaires pour obtenir sa troisième dose. 

Le type de vaccin utilisé sera celui à ARN messager, comme ceux fabriqués par Pfizer et Moderna. 

Jusqu’à présent, seules les personnes immunosupprimées ou dialysées avaient accès à cette dose de rappel additionnelle. 

Pour ce qui est du reste des personnes âgées, « pour le moment, il n’y a pas de recommandation spécifique », a dit M. Dubé. 

Les 5 à 11 ans

Quant aux 5 à 11 ans, la Santé publique cible toujours la « fin octobre, début novembre ». Les plus jeunes seraient, pour leur part, vaccinés en début d’année, soit en janvier ou en février.

Malgré les résultats concluants déjà publiés par Pfizer, Québec doit attendre l’homologation de Santé Canada avant d’entreprendre la vaccination des enfants. 

« On prévoit que ça va être le même vaccin, mais pas le même dosage », a indiqué le Dr Arruda.

D’ici là, une mise en garde avec les petits : « Si votre enfant a des symptômes, ce n’est pas le temps d’aller voir grand-maman, puis qu’elle le prenne, puis qu’elle le bécote », a-t-il lancé. 

« Ça demeure une population, surtout en bas de 12 ans, qui n’est pas du tout vaccinée, donc qui peut avoir la maladie », a-t-il rappelé.

Le Dr Arruda en a également profité pour insister sur le respect des règles sanitaires, comme le port du masque, qui permettent de limiter la taille des éclosions dans les écoles.

Ces dernières représentent actuellement une proportion importante des éclosions actives. 

  • Écoutez l'entrevue de Gaston De Serres au micro de Geneviève Pettersen sur QUB radio:   

Situation au Québec

En date du

Cas confirmés

Total

Décès

Total

Vaccins administrés

Total 84 837+ 9 264

Tests effectués

Total 5 195 725+ 35 114

Hospitalisations

Total

Soins intensifs

Total

Voir tous les chiffres