/news/society
Navigation

L'OIIQ radie l'infirmière qui a insulté Joyce Echaquan

L'OIIQ radie l'infirmière qui a insulté Joyce Echaquan
Photo Agence QMI, Mario Durieux

Coup d'oeil sur cet article

L’infirmière qui a insulté Joyce Echaquan dans les heures précédant sa mort au centre hospitalier de Lanaudière a été radiée pour un an par l’Ordre des infirmières et infirmiers du Québec (OIIQ).

Le conseil de discipline de l’Ordre a conclu, dans une décision dévoilée mardi, que l’infirmière Paule Rocray a bel et bien fait preuve de violence verbale vis-à-vis de Joyce Echaquan.  

  • Écoutez les actualités de Mario Dumont et Alexandre Dubé sur QUB radio:    

L’infirmière a donc écopé d’une radiation d’un an et ne pourra plus pratiquer son métier pendant cette période.

En parallèle, le conseil de discipline a aussi conclu que Mme Rocray a fait preuve de négligence en n’évaluant pas correctement l’état de santé de sa patiente après une chute de cette dernière. Ce chef d’accusation lui a valu une radiation de six mois, à purger simultanément avec sa radiation d’un an.

Lors des audiences, l’infirmière a reconnu avoir insulté Joyce Echaquan, mais s’est défendue d’être raciste.

Paule Rocray a plutôt expliqué au comité de discipline avoir tout bonnement explosé, après de longues journées difficiles qui l’avaient épuisée. «Je n’ai pas choisi de me fâcher après elle parce qu’elle est attikamek. Ce matin-là, je me serais fâchée après n’importe qui», a-t-elle avancé.

«La seule bonne chose que je vois là-dedans, c’est qu’on écoute leurs revendications. Je veux que ce malheur-là donne quelque chose de positif, autant pour eux que pour les infirmières», a ajouté Mme Rocray, selon le compte-rendu des audiences du conseil de discipline.

Cette position n’a pas convaincu le conseil de discipline de l’OIIQ, qui a estimé, dans son jugement, qu’il est «regrettable que l’intimée tente de justifier son comportement par la colère ressentie face à ses conditions de travail».

L’Ordre a ajouté qu’à son avis, l’infirmière se doit de prendre les mesures nécessaires «pour modifier son comportement et enrayer ses préjugés».

Infirmière d’expérience, Paule Rocray travaillait depuis 1987 au centre hospitalier de Joliette, cumulant ainsi 33 ans d’expérience au sein de cet hôpital.

Les propos de l’infirmière qui ont été enregistrés par Joyce Echaquan:  

  • À 5 min 10 s: «Ostie d’épaisse de tabarnak. Ouin, ouin, ça là, c’est mieux mort, ça.» 
  • À 5 min 29 s: «T’as-tu fini de niaiser? T’as-tu fini, là, câlisse?» 
  • À 5 min 39 s: «Ben meilleure pour fourrer que d’autre chose, ça. Surtout que c’est nous autres qui payent pour ça.» 
  • À 6 min 21 s: «Qui tu penses qui paye pour ça, toi?» 
  • À 7 min: «Son ostie de cell.»