/news/currentevents
Navigation

Un antivaccin arrêté à la Cour municipale

Il refusait de porter un masque pour son procès

Francois Amalega Bitondo
Photo Chantal Poirier Amalega Bitondo est entré à la cour sans masque (photo) avant d’être expulsé, mardi.

Coup d'oeil sur cet article

Un leader du mouvement contre les mesures sanitaires a été arrêté mardi, en vertu d’un mandat émis parce qu’il refusait de porter un masque alors qu’il devait subir un procès pour entrave au travail des policiers.

• À lire aussi: Un militant antivaccin connu est bloqué par Facebook

• À lire aussi: Manifestation antivaccin devant une école de Québec: la loi adoptée jeudi est déjà bafouée

« S’il n’est pas là, il y aura un mandat [d’arrestation], c’est comme ça que ça fonctionne », a lancé mardi le juge Marc Alain dans le dossier de François Amalega Bitondo, à la Cour municipale de Montréal.

Le militant antivaccin de 43 ans, connu pour ses manifestations devant des écoles, était à la cour pour une entrave envers les policiers qui serait survenue dans une épicerie en mars. Refusant de porter le masque, il s’était fait expulser des lieux, et comme il aurait refusé d’obéir aux forces de l’ordre, il avait été arrêté puis accusé d’entrave.

Francois Amalega Bitondo
MAXIME DELAND/AGENCE QMI

Quelle condition médicale ?

Son procès devait débuter mardi. À son arrivée, il a feint une « condition médicale » afin d’entrer dans l’édifice sans masque. 

Attendant son tour de passer devant le juge, il a eu une longue discussion avec une interprète, qui l’a félicité de sa position antimasque. Elle a ensuite baissé le sien avant de se faire remettre à l’ordre par la sécurité.

Sauf qu’il s’est ensuite fait expulser des lieux quand la sécurité a découvert que l’excuse médicale était bidon et que l’accusé a ensuite parlé de « condition de conscience ».

« S’il ne porte pas de masque, vous avez des consignes, faites ce que doit », avait dit le juge aux agents de sécurité.

  • Écoutez la chronique de Nicole Gibeault au micro de Geneviève Pettersen sur QUB Radio:   

 

Tickets en vrac

L’ex-prof de mathématiques, qui attendait à l’extérieur de l’édifice de la rue Gosford, a été arrêté en fin d’après-midi. Il devrait comparaître mercredi.

En plus d’être accusé d’entrave à un agent de la paix, François Amalega Bitondo collectionne 27 contraventions en vertu de la Loi sur la santé publique, d’au moins 1546 $ chacune, avec les frais, pour un total de 41 742 $ au minimum.

Depuis quelques semaines, il se filme d’ailleurs régulièrement devant des écoles, porte-voix à la main, en s’adressant bruyamment à des jeunes pour les dissuader d’accepter le vaccin contre la COVID-19. 

Et même l’adoption de la loi interdisant les manifestations à moins de 50 mètres des écoles, des garderies et des hôpitaux ne semble pas le refroidir, puisqu’il affirme vouloir continuer.