/opinion/columnists
Navigation

Mon cousin Marcel ou un prix Nobel?

Mon cousin Marcel ou un prix Nobel?
Photo Fotolia

Coup d'oeil sur cet article

L’Institut de recherches cliniques de Montréal et la faculté de médecine de l’Université de Montréal ont annoncé une sacrée bonne nouvelle il y a quelques jours. 

Ils ont recruté Sidney Altman, un biochimiste montréalais qui a reçu le prix Nobel de chimie en 1989 pour ses découvertes sur l’ARN, l’acide ribonucléique utilisé dans certains vaccins anti-COVID. 

UNE SOMMITÉ MONDIALE

La feuille de route de M. Altman est hyper impressionnante. 

Il a étudié quatre ans au prestigieux MIT (le Massachusetts Institute of Technology), où il a rédigé une thèse sur la physique nucléaire.

Il a étudié en biologie moléculaire au MIT, en physique à l’Université Columbia de New York puis en biophysique au Centre médical de l’Université du Colorado.  

Il a travaillé avec le codécouvreur de l’ADN à l’Université de Harvard.

Il a fait partie d’une équipe de chercheurs au laboratoire de biologie moléculaire de l’Université de Cambridge, où il s’est penché sur les propriétés catalysantes de l’acide ribonucléique (ARN).

Il a enseigné à l’Université de Yale.

Il a remporté le prix Nobel de chimie. 

Etc., etc. 

Bref, un expert, une sommité.

Qui revient à Montréal après avoir travaillé dans les plus grands laboratoires du monde. 

ET MON COUSIN MARCEL ?

Cela dit, avec tout le respect que je dois à cet homme...

Pourquoi avoir embauché M. Altman au lieu de mon cousin Marcel ?

Sophie et Richard ne sont pas bons aux fourneaux, mais ils savent cuisiner leurs invités! Invitez-vous à la table de Devine qui vient souper? une série balado originale.

Mon cousin Marcel aussi a eu un parcours impressionnant.

Il était capitaine de son équipe de balle molle quand il étudiait à l’école primaire des Cascades, à Rawdon. 

En 1982, il a été élu – à l’unanimité, s’il vous plaît – marguillier à l’église de Saint-Antoine-de-Padoue à Lennoxville.

Il est vice-président (et trésorier !) de l’Association nationale des jeux de poches. 

Et, dans ses temps libres, il regarde des tutos sur les vaccins sur YouTube.

Une bolle ! 

Comme disait ma tante Gisèle, « Où c’est que tu vas chercher tout ça ? »

Je suis sûr que si M. Altman rencontrait mon cousin Marcel, ils auraient beaucoup, beaucoup de choses à se dire. 

Mon cousin n’a pas travaillé dans un laboratoire, mais quand il était jeune, ses parents lui ont acheté un jeu de chimie chez Dupuis Frères. Un jour, il a failli mettre le feu dans la maison en faisant brûler de la poudre de fer.

Rire pour mourir !

Preuve qu’il n’est pas un intellectuel enfermé dans sa tour d’ivoire, mais aussi un activiste qui n’hésite pas à mettre la main à la pâte, mon cousin a donné 100 $ aux frères Tadros pour qu’ils continuent de sensibiliser le peuple au danger des vaccins. 

Et il fait du porte à porte pour Maxime Bernier et Éric Duhaime. 

Bref, un citoyen impliqué ! 

UN DISCOURS RASSEMBLEUR ?

Parlant d’Éric Duhaime...

Ce week-end, le chef du Parti conservateur du Québec (qui trouve que le vaccin est assez bon pour lui mais pas assez bon pour les autres) a félicité Guillaume Lemay-Thivierge pour « son discours rassembleur ».

Heu...

Près de 85 % des Québécois sont doublement vaccinés !

Quel discours est le plus rassembleur, selon vous : celui des vaccinés ou celui des non-vaccinés ?

Espérons que les analyses statistiques de M. Duhaime seront meilleures lorsqu’il se mettra à parler d’économie...